Dans le monde sans en être

Les trois devoirs d’un père, partie 1 : le père comme prophète

Pour notre Salut, nous les hommes chrétiens, sommes appelés par le Christ à Le suivre, à Le prendre pour référence et exemple. Ok, mais comment avec un boulot, une épouse, peut être des enfants, et notre trajectoire de vie personnelle, comment Lui ressembler et Le suivre chaque jour ?

Notre premier pas est de croire dans notre coeur sincèrement qu’Il est Fils de Dieu avec le pouvoir de sauver chacun de nous et tous ensemble. S’en remettre à Lui, c’est alors consentir à l’action de l’Esprit Saint et accepter de changer notre façon de vivre.

Ensuite,  l’Eglise du Christ contribue à notre progression par l’administration des sacrements. Notamment, le don de la grâce à notre baptême est à la fois l’appel explicite à suivre le Christ mais également le moyen, la source de la Force pour nous configurer à Lui. Dans la liturgie baptismale, tout baptisé est appelé personnellement à devenir  Prêtre, Prophète et Roi à l’image du Christ. Et là,  cela commence à devenir plus précis; nous allons pouvoir approfondir en quoi consiste devenir prêtre, prophète et roi à l’image du Christ en étant père de famille. Cela représente 3 devoirs ou munera en latin (car l’Eglise planche dessus depuis un moment … )

Munus docendi  – Le devoir d’enseigner comme prophète,

Munus sanctificandi  – Le devoir de (se) sanctifier comme Prêtre,

Munus regendi  – Le devoir de diriger comme Roi.

Aujourd’hui, nous allons aborder le devoir d’enseigner comme prophète, mardi prochain nous verrons le devoir de se sanctifier comme prêtre et la semaine suivante le devoir de diriger comme Roi.

1. MUNUS DOCENDI OU LE PÈRE COMME PROPHÈTE ENSEIGNANT

Témoigner de la Vérité

Dans l’Ancienne Alliance, Dieu a suscité des prophètes pour se révéler à son peuple, Lui la Vérité. Ces hommes ont fait tout d’abord une expérience intime de Dieu et  ont été enseignés par Lui pour ensuite témoigner ouvertement.

Dans la Nouvelle Alliance,  la révélation intégrale, définitive et universelle de Dieu est réalisée en Jésus. Il est le prophète ultime,  Celui que tous les prophètes annonçaient. Enseignant longuement son peuple, Il lui révèle parfaitement par ses paroles et ses actes la sollicitude de Dieu pour tous les hommes. A Pilate, il énonce clairement: “Pour cela, je suis né, et pour cela, je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la Vérité.”  Puis, ayant vécu jusqu’au bout ce rôle d’enseignant et de prophète, le Christ nous en confie le devoir à nous, les chrétiens baptisées dans la Foi en son nom.

La famille est une école de vie chrétienne

Ce devoir d’annonce de la Vérité et d’enseignement des dogmes, vécues sur le préalable d’une Foi personnelle vivante, nous incombe depuis notre baptême. Seulement voilà, nous pensons que l’éducation se délègue: l’éducation générale aux enseignants et la transmission de la foi aux catéchistes et aux prêtres.  Or ce qui est vrai pour les maths ne l’est pas forcement pour les dogmes de la Foi.

De fait, selon l’Écriture, l’enseignement religieux doit avoir lieu d’abord dans la famille. Après avoir énoncé la loi de la première alliance, Dieu ordonne au peuple juif de la transmettre.

Dt 6, 4-9;Ecoute, Israël: Yahvé notre Dieu est le seul Yahvé. Tu aimeras Yahvé ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir. Que ces paroles que je te dicte aujourd’hui restent dans ton coeur! Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route, couché aussi bien que debout; tu les attacheras à ta main comme un signe, sur ton front comme un bandeau; tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes.

Dieu demande aux familles de vivre ses commandements si fidèlement et diligemment que les voies de Dieu deviennent littéralement l’atmosphère, l’air respiré, le Souffle Vital de la maison où même les tâches les plus banales, peuvent devenir des occasions d’enseignement. L’exemple de piété de la Sainte Famille est absolument parlant dans ce sens et mérite tout notre attention (Luc 1 et 2).

Et l’Église a toujours reconnu les parents comme premiers éducateurs de leurs enfants.

CEC 2223 Les parents sont les premiers responsables de l’éducation de leurs enfants. Ils témoignent de cette responsabilité d’abord par la création d’un foyer, où la tendresse, le pardon, le respect, la fidélité et le service désintéressé sont de règle. Le foyer est un lieu approprié à l’éducation des vertus. Celle-ci requiert l’apprentissage de l’abnégation, d’un sain jugement, de la maîtrise de soi, conditions de toute liberté véritable. Les parents enseigneront aux enfants à subordonner ” les dimensions physiques et instinctives aux dimensions intérieures et spirituelles “. C’est une grave responsabilité pour les parents de donner de bons exemples à leurs enfants. En sachant reconnaître devant eux leurs propres défauts, ils seront mieux à même de les guider et de les corriger .

CEC 2225 Par la grâce du sacrement de mariage, les parents reçoivent la responsabilité et le privilège de l’évangélisation de leurs enfants. Les parents doivent initier leurs enfants à un âge précoce dans les mystères de la foi dont ils sont les “premiers hérauts» pour leurs enfants. Ils devraient associer dès leur plus tendre enfance à la vie de l’Église. 

CEC 2226 Éducation à la foi par les parents devrait commencer dans les premières années de l’enfant. C’est déjà le cas lorsque les membres de la famille s’aident mutuellement à grandir dans la foi par le témoignage d’une vie chrétienne en accord avec l’Evangile. La catéchèse familiale précède, accompagne et enrichit les autres formes d’enseignement de la foi. Les parents ont la mission d’enseigner à leurs enfants à prier et à découvrir leur vocation d’enfants de Dieu.

Le père comme directeur

Si les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants et la famille est une école de vie chrétienne, le père est en charge d’enseignant mais de plus, de directeur spirituel, devant montrer la bonne direction. Aussi impopulaire que cela puisse paraitre aujourd’hui, le père est le chef de la maison,  comme Moise a conduit son peuple, comme le Christ est chef de l’Église. Dieu confère aux Pères une autorité légitime, et donc, une grave responsabilité, pour guider leurs familles, tout comme le Christ conduit et prend soin de son Église.

Ainsi, le père a la responsabilité de catéchiser ses enfants, de leur indiquer les voies de Dieu, leur indiquer ce qui est correct de ce qui est erroné. Il se doit de transmettre ce qu’Il a lui même reçu. Cette transmission passe par ses paroles, par l’énoncé de la Vérité, ET par la conduite de sa vie, par son exemplarité; ainsi le plus important est l’unité de vie, la cohérence entre ces paroles et ces actes.

Et à l’heure de sa mort, chaque père répondra devant Dieu de la façon dont il a rempli ce beau devoir.

En Bref,

notre baptême nous modèle sur le rôle prophétique du Christ, témoin de la Vérité. Nous devons rendre témoignage à la Vérité dans nos paroles et dans nos actes, montrer à nos enfants à quoi l’amour du Christ ressemble et leur enseigner les vérités de la Foi catholique et apostolique. Demandons à L’Esprit Saint de nous inspirer, Lui qui a parlé par la bouche des prophètes.

Nicolas Bettini

Marié et père de 6 enfants, ex-coordinateur du pèlerinage des pères de famille de Cotignac (Var), membre des chevaliers de Colomb, Paroisse du Sacré Coeur, Diocèse de Marseille. cdcscmarseille@gmail.com

Texte inspiré et développé à partir de l’idée initiale du site: the catholic gentleman

Snapseed

2 réponses à “Les trois devoirs d’un père, partie 1 : le père comme prophète”

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS