Dans le monde sans en être

#InvitelePape : le dessous des cartes

Dans l’avion le reMenant de Sarajevo ce week-end, le pape François a confirmé sa venue en France, sans pour autant donner de date. Cette annonce conforte l’initiative #InviteLePape, lancée par une équipe de jeunes dont j’ai la chance de faire partie. Le concept ? Proposer aux Français d’écrire des cartes postales au Pape François pour le remercier d’avoir accepté l’invitation, et lui dire que nous l’attendons très prochainement.

Très belle idée, mais une visite du pape en France, pourquoi ? Certains pourront dire que d’autres pays en ont plus besoin que nous, comme l’Afrique et le Moyen-Orient. Pas faux. À la seule différence que ces pays n’ont pas perdu la foi. Ils souffrent, c’est certain et vivent des tragédies tous les jours : ils ont donc besoin d’être réconfortés par la présence aimante du pape. Mais réalisons-nous que le sort de ces pays est entre nos mains ? Du leadership de la France, de l’Europe, de l’Occident en général dépend le sort de nombreux pays. De nos choix politiques et économiques. Donc pour venir en aide à ces pays, il faut sans doute d’abord passer par la France.

D’autres diront que nous avons déjà eu des visites apostoliques avec Jean-Paul II et Benoît XVI et qu’il ne faut pas être trop gourmand. Et alors ? Ce n’est pas parce qu’on a déjà eu du gâteau au chocolat qu’on n’a pas le droit à la chantilly ou à la boule de vanille par-dessus ! Imaginons l’impact d’un déplacement du pape François en France avec la popularité qu’on lui connaît. Ce serait une chance extraordinaire pour les baptisés plus ou moins éloignés de l’Eglise d’entendre un message non filtré, en direct, du souverain pontife. Selon moi cette visite peut réellement toucher les cœurs et donner un élan à la France pour commencer à nous sortir du marasme et du pessimisme. Tout le monde en a assez.

On l’a vu avec Charlie Hebdo, les Français sont en attente de plus de solidarité et de fraternité, des mots qui sonnent creux lorsqu’on prétend les vivre sans transcendance. Je pressens aussi qu’il y a une soif spirituelle, une soif de sens. Nous sommes dans un monde de l’horizontalité : tout se vaut, tout le monde est blasé. Le pape François pourrait réveiller nos aspirations les plus profondes et nous aider à lutter contre l’égoïsme et l’indifférence qui pétrissent notre société.

La France doit devenir une priorité ! Non seulement elle est fille aînée de l’Eglise, mais lorsque la France dit ou fait quelque chose, tout le monde la suit. Elle a ce rôle singulier parmi les nations, qu’on le veuille ou non, sa voix est respectée et entendue. J’espère donc que ces milliers de cartes qui afflueront au Vatican sensibiliseront le pape François à annoncer très vite la date de cette visite, dont  l’enjeu est si important pour le monde. Il a commencé par aller aux périphéries, et en termes de foi et d’Espérance, nous sommes totalement à la marge, donc son cœur de cible.

Donc plus concrètement : il vous suffit de trouver votre plus belle carte postale et d’écrire au pape François pour le remercier de sa prochaine visite en France, pour lui dire que vous l’attendez, lui dire ce que vous avez sur le cœur, que vous priez pour lui, lui raconter vos vacances etc. Toutes les informations pratiques se trouvent sur le site papeenFrance.fr

Un afflux massif de cartes postales arrive au Vatican, le Pape est touché, il se dit que les Français sont réellement motivés pour l’accueillir, il donne sa date de visite en France. CQFD.

Podcast de cette chronique du Blog Notes sur le site de Radio Notre-Dame, il faut passer les trois premières minutes

NB : je m’exprime dans cet article en mon nom propre et non en celui de l’équipe

Sylvie Carnoy

2 réponses à “#InvitelePape : le dessous des cartes”

  1. céron jocelyne

    Cher Pape François,

    sache que tu es adulé en France,n’en doute pas!!!!Tu fais partie de toutes mes prières,

    TU es dans mon pauvre coeur,je t’aime et espère ta venue en France.

    Ta fille en Jésus Jocelyne

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS