Dans le monde sans en être

Edito : une réforme territoriale dont personne ne veut

L’Alsace se rebiffe ! Certaines alsaciennes portent la coiffe traditionnelle en signe de protestation, des manifestations sont organisées et les élus râlent.

Sur le reste du territoire, l’heure n’est pas à l’enthousiasme. Les Bretons sont déçus de ne pas retrouver la Loire-Atlantique, les autres s’interrogent devant les nouvelles régions géantes…

Personne n’y croit. Aucun argument ne convainc. La question de la «taille critique pour des régions européennes» ne tient pas debout. Il y a très peu de grandes régions en Europe, et il existe des petites régions en Allemagne ou en Espagne. On peut citer les cité-lander d’Hambourg, Brême et Hanovre, le land de la Sarre grand comme un département Français. En Espagne il y a la Murcie, la Rioja ou la Navarre : petites et ne dépassant guère 1 million d’habitant. Dans ces Etats, il n’est pas question de regroupement car le périmètre des régions repose sur un critère historique.

La question des économies n’est pas convaincante non plus : il est à douter qu’il y ait une réduction du personnel… Et plus un territoire est grand, plus il faut une administration solide et efficace pour s’en charger.

Bref, l’ancien Président de Languedoc-Roussillon, Jacques Blanc 1Au micro de RCF-Lozère, 15 décembre 2014, n’a pas tord de dire que cette réforme existe uniquement pour démontrer que le gouvernement est capable de mener à bien une réforme.

Fusionner des régions juste pour montrer qu’on a des muscles… Est-ce bien raisonnable ?

Charles Vaugirard

Notes :   [ + ]

1. Au micro de RCF-Lozère, 15 décembre 2014

2 réponses à “Edito : une réforme territoriale dont personne ne veut”

  1. Manuel Atréide

    @ Charles

    Etonnamment; les normands vont contredire ton propos. Franc-comtois et bourguignons aussi. La mariage entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, contrairement à ce que tu dis, n’est pas rejeté par la majorité de la population. Idem dans le nord, idem pour le rapprochement auvergnat et rhône-alpin. De même, dans le mariage oriental, les hystériques sont alsaciens, pas lorrains ou champenois.

    Il existe en réalité deux fortes oppositions dans des territoires périphériques : Bretagne et Alsace. La Bretagne, pour des raisons historiques, veut récupérer Nantes. Elle veut le faire en refusant les autres départements des pays-de loire, les privant par là même d’une métropole autour de laquelle organiser un bassin économique et de population. Bel exemple d’égoïsme régional.

    En ce qui concerne l’Alsace, c’est pire : les alsaciens, qui ont refusé l’année dernière la fusion de leurs deux départements, incapables de se mettre d’accord entre eux sur la répartition géographique des pouvoirs entre Colmar et Strasbourg, se permettent cette fois ci d’insulter à longueur de manifs leurs voisins lorrains et champenois qu’ils prennent pour des bouseux hostiles, quasiment des envahisseurs dont le seul objectif est l’éradication de la culture alsacienne.

    Et pourquoi pas la race, pendant qu’on y est, puisqu’on m’a même ressorti un discours sur “les heures les plus sombres de notre histoire” ?

    Cette réforme régionale essaie d’organiser le territoire métropolitain autour de grandes métropoles. Il part d’une étude qui dit que le développement économique mondial se fera dans des territoires structurés autour de grandes métropoles. A-t-elle été mal faite ? C’est possible. Mal expliquée ? C’est évident. Peut-elle être améliorée ? Sans aucun doute.

    Mais j’avoue que prendre deux exemples d’égoïsme régional pour vilipender une réforme c’est pas le meilleur moyen de convaincre tous tes lecteurs. En tout cas, en ce qui me concerne, les fondations de ton papier me posent problème. L’égoïsme n’est pas une valeur que je considère comme positive, ni même comme catholique.

    Et je ne crois pas être le seul à le penser, si j’en crois la lecture des nouvelles en provenance du Vatican.

    Cordialement, M.

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS