Dans le monde sans en être

Tribune de Terre sainte : la paix, pas après pas

Paix

A cause de mes frères et de mes amis, je demande pour toi la paix.  (ps 122)

 

Paix

“Jérusalem. Ô Jérusalem. Tragique et oppressante. Ses églises, ses mosquées, ses souks, ses remparts, ses mitraillettes. Tant de mitraillettes dans une ville pieuse…” Triste constat que dresse Marie de Varney, dans son remarquable ouvrage sur les chrétiens d’Orient. “Jérusalem n’est pas ce que l’on croit. Encore moins ce que l’on rêve. Jérusalem est une promesse non tenue”, écrit-elle encore, amère. Sur la scène internationale, la ville sainte et sa terre cristallisent les espoirs meurtris.

Prière pour la paix

Dans ce carrefour du monde, où même prier pour la paix est un acte politique, les chrétiens veulent vivre, comme il devrait être donné à tout le monde de vivre chez soi. Non survivre. Minoritaires et divisés face à une majorité de juifs et de musulmans, ils sont tout autant le mince filet d’air qui subsiste entre le marteau et l’enclume, qu’un pont essentiel entre les trois religions. “Pas de dialogue judéo-musulman en Israël sans présence chrétienne”, confirme Mgr Shomali, évêque auxiliaire du patriarcat latin. La prière commune organisée par le pape François au Vatican, le 8 juin dernier, en présence de Shimon Peres et Mahmoud Abbas, en est une formidable illustration. “Mais pour quel résultats ?”, s’interrogent les détracteurs. “Il n’existe pas d’industrie de la paix, répond François. La paix se construit peu à peu, quotidiennement, artisanalement pourrait-on dire“. Dans le contexte actuel, le maintien du dialogue, même porté à bout de bras, et l’affirmation d’une volonté commune de paix, même fragile, sont une victoire sur les ténèbres.

Tourner son regard vers Jérusalem, c’est aussi accepter de regarder le monde avec les yeux des chrétiens d’Orient. Voilà pourquoi nous préférons accueillir cette prière au Vatican comme un signe positif, plutôt que de nous appesantir sur l’interprétation du verset coranique improvisé par l’imam lors de cette journée. Vaine et trop occidentale polémique. Car il n’est pas question, en ces circonstances, de porter un jugement sur une religion, mais bien de trouver les moyens de vivre ensemble. Là est l’urgence des chrétiens qui vivent en voisin des musulmans.

L’urgence est d’autant plus palpable que le sang des chrétiens coule aux portes de la Terre sainte. Les conflits politiques ont laissé place à la haine pure. Face au tragique mois de juin qui vient de s’écouler (lire à ce propos l’édito des Cahiers libres, du 1er juillet 2014), le silence de la communauté internationale est assourdissant. “Que les chrétiens aient reçu la vocation d’aimer tout homme sans distinction de race, de culture ou de religion est un enseignement directement issu de l’Evangile. Mais de grâce ! Que cela ne nous fasse pas fermer les yeux sur les malheurs de nos frères les plus proches”, lance le cardinal Barbarin, dans une tribune du 26 juin. Notons qu’à force de bousculades, nos élites françaises semblent commencer à réagir. L’Assemblée Nationale vient en effet d’accepter la création d’un groupe d’études sur les chrétiens d’Orient en son sein (lire ici). “Ce groupe d’études pourra examiner les solutions concrètes en réponse aux besoins les plus urgents et saisir le Parlement et le gouvernement pour prendre toutes les mesures propres à assurer la protection de ces minorités”, se réjouie la Coordination des chrétiens d’Orient en danger (CHREDO). Reste à savoir si les intentions seront suivies d’effets.

Dans cet espoir, les mots prononcés par Paul VI lors de son voyage historique en Terre sainte, il y a tout juste cinquante ans, résonnent de manière particulière :

“nous ne demandons rien, sinon la liberté de professer et de proposer à qui veut bien, en toute liberté, l’accueillir, cette religion, ce lien nouveau instauré entre les hommes et Dieu”.

Alain,

Pour l’équipe de la Tribune de Terre Sainte

TTS

Nous vous donnons rendez-vous :

Sur notre site,

notre page Facebook

notre compte Twitter.

et notre chaîne Youtube

Contact : la_tribune_de_terre_sainte@outlook.com 

 

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS