Dans le monde sans en être

Edito: Heureux les artisans de paix

"Peace in time of monsters", by Delawer-Omar

“Peace in time of monsters”, by Delawer-Omar

Pendant qu’en France, dans un microcosme familier à certains, nous nous écharpons via réseaux sociaux sur le bien fondé de telle ou telle manif’ et que l’on joue à qui est plus catholique que l’autre, le monde nous rappelle sa dure réalité.

Terre sainte, Centrafrique, Ukraine, Egypte, Syrie… La paix sur terre est un graal qui s’acquiert au prix du sang.

"Peace In Time Of Monsters" by Delawer-Omar

L’atrocité de la guerre est loin d’être un fantôme du passé. Et nous pouvons remercier tous les jours le Ciel de ne pas vivre actuellement en France sous le sifflement des balles, le bruit des explosions, les paysages de détresse comme on en voit trop souvent dans les journaux.

Mais en France, comme dans les autres pays « pacifiés »,  la paix dont nous avons soif concerne le vivre ensemble. Elle touche moins la chair que l’esprit. Quoique. A voir les lois votées concernant la bioéthique et la famille, ou à voir le traitement des plus pauvres, des prisonniers, des personnes fragiles, handicapées ou réfugiées, la chair de notre peuple est également lacérée.

Dans ce monde brisé et marqué du péché, où la nature même n’est pas en paix, les luttes se succèdent et se ressemblent. La paix des peuples, la paix sociale, la paix des familles, la paix des êtres…ces combats ne sont pas nouveaux. Et malheureusement, ils nous survivront.

Alors quoi ? La paix humaine n’est pas de ce monde ?

Non. Ne cédons RIEN au désespoir. Prenons exemple sur notre chef visible, le pape François. Prions pour la paix. Sans relâche. Utilisons les armes spirituelles que notre Sainte Mère l’Eglise nous offre: chapelet, oraison, pèlerinage, adoration, messe, sacrifice, dévotion. Elles n’enlèvent rien aux efforts humains, mais elles apportent tout et transforment tous nos actes en offrandes précieuses aux yeux de Notre Seigneur. Elles permettent la paix de l’âme.

N’entrons pas dans le jeu du Diable, le diviseur. Les chrétiens sont sa cible favorite et force est de constater qu’il fait un boulot acharné et non sans effet. Laissons-là les jugements, les querelles, les coup-bas. Soyons nous aussi acharnés, mais à imiter Dieu.

« La paix n’est pas un rêve, ce n’est pas une utopie : elle est possible. Nos yeux doivent regarder plus profondément, sous la surface des apparences et des phénomènes, pour distinguer une réalité positive qui existe dans les cœurs parce que tout homme est créé à l’image de Dieu, et appelé à grandir, contribuant à l’édification d’un monde nouveau (…)

Le mal, en effet, se vainc par le bien, et la justice est recherchée en imitant Dieu, «le Père, qui aime TOUS ses enfants » (cf. Mt 5, 21-48)  C’est un travail de longue haleine (…) La pédagogie de la paix implique action, compassion, solidarité, courage et persévérance. » 1Benoît XVI, Heureux les artisans de Paix, message pour la célébration de la journée mondiale de la paix, 1er janvier 2013

Ayssalène

  

Notes :   [ + ]

1. Benoît XVI, Heureux les artisans de Paix, message pour la célébration de la journée mondiale de la paix, 1er janvier 2013

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS