Amour passé

Elle et moi avons péri
D’une semblable espérance

A son souffle de vie, je m’étais tant mêlé
Mais j’ai trahi sa sève
Et ainsi perdu mon sang

Je repose désormais sans racine
Sans son cœur qui en moi ne bat plus

Elle fut un jour ma seule voix
Mon chant glorieux sans langage

Je fus celui qui contre marée crois
Mais elle, ne fut que de passage…