Dans le monde sans en être

Gravity : un face à face avec la mort

gravityÊtre perdu dans l’espace. Errer dans le vide sidéral, infini, sans pesanteur, à une vitesse impossible sur Terre. Qui n’a pas éprouvé la peur d’une telle catastrophe en voyant les astronautes effectuer une sortie “extravéhiculaire” ?

Alfonso Cuaron a mis en scène cette angoisse avec “Gravity”. L’héroïne du film, jouée par Sandra Bullock, est détachée de la navette spatiale après que des débris aient percuté le vaisseau. Tout le film est autour d’elle et de sa lutte pour regagner la Terre.

Le film est réaliste à 95% comme le dit le spationaute 1Spationaute, astronaute, cosmonaute et taïkonautes sont synonymes : tous désignent un voyageur de l’espace. Mais ces désignations différentes déterminent la nationalité du voyageur : le spationaute est européen, l’astronaute américain, le cosmonaute russe et le taïkonaute chinois.  français Jean-François Clervoy. Tous les appareils présents dans le film existent, ont existé ou bien seront prochainement en orbite. La station spatiale internationale (ISS) est bel et bien réelle, de même que le télescope spatial Hubble. En revanche les navettes américaines sont à la retraite depuis peu… mais peu importe, toute la technologie utilisée est réelle et donc l’histoire décrite est vraisemblable… Gravity n’est donc pas un film de science fiction, mais un film catastrophe.

Mais surtout, Gravity nous fait partager les instants de lutte, de peur, d’angoisse et de désespoir du personnage principal. Nous sommes constamment aux côtés de l’astronaute, nous vivons ce qu’elle vit grâce à la mise en scène percutante d’Alfonso Cuaron. C’est sans doute la grande force de ce film : nous n’en sortons pas indemne. Cela a poussé certains à soutenir que Gravity est moins un film sur l’espace, qu’un film sur une personne face à la mort. C’est vrai, car la mort est omniprésente. A chaque scène on croit que l’héroïne va mourir, les calamités s’enchaînent et anéantissent tout. Ainsi, tout espoir semblant terminé, toute chance de survie étant quasiment impossible, il ne reste plus qu’une indicible espérance. Nous retrouvons ce même thème dans un autre film d’Alfonso Cuaron : les Fils de l’Homme. Ici aussi le héros est confronté à la mort, et le désespoir est une tentation permanente… mais malgré tout il reste encore l’espérance.

Gravity est donc un face à face avec la mort.

Mais Gravity nous fait aussi pénétrer au coeur d’une mission spatiale tournant à la catastrophe. Gravity nous montre un espace hostile, où la menace est omniprésente et où il n’y a aucun refuge pour l’Homme. Comme il est affiché sur l’écran au début du film : “toute vie est impossible”. En voyant cet univers dangereux, on se pose alors la question : l’Homme est-il appelé à voyager dans l’espace ? La conquête de l’espace ne serait-elle pas une pure folie ?

Il est légitime de se poser la question au vu du danger encouru par les astronautes mais aussi du coût exorbitant des missions habités. La rentabilité de ces vols est quasiment nulle…

Et pourtant, la conquête de l’espace a encore de nombreux défenseurs. Qui n’a jamais rêvé devant les vols spatiaux ? Etant enfant j’avais dans ma chambre des posters de la navette américaine et je ne loupais jamais les émissions scientifiques sur la conquête de l’espace. Eh oui, l’espace est aussi le monde du rêve, il reste cette “nouvelle frontière” 2Expression employée par John F Kennedy pour désigner l’espace. à dépasser par le courage et, surtout, par la technique. Or nombreux sont ceux qui veulent réaliser le défi de l’espace.

Constantin Tsiolkovski, le père de l’astronautique, disait : «La terre est le berceau de l’Humanité, mais on ne passe pas sa vie dans un berceau.» Il a tout dit, l’Homme regarde toujours plus loin et on ne l’empêchera pas de quitter son berceau pour aller vers les étoiles.

Charles Vaugirard

Notes :   [ + ]

1. Spationaute, astronaute, cosmonaute et taïkonautes sont synonymes : tous désignent un voyageur de l’espace. Mais ces désignations différentes déterminent la nationalité du voyageur : le spationaute est européen, l’astronaute américain, le cosmonaute russe et le taïkonaute chinois.
2. Expression employée par John F Kennedy pour désigner l’espace.

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS