Dans le monde sans en être

Bière : le ferment du dialogue

ChopeLes clash sur le web sont ce que l’amertume est la bière : s’il y en a trop, la saveur en est gâchée (enfin sauf pour @ManuTop). J’ai été récemment interpellée par la virulence d’échanges par blogs et tweets interposés de blogueurs.

Exprimer une opinion sur un blog, jusque-là rien d’anormal, c’est l’essence même du blog. Échanger via les commentaires pour poursuivre l’argumentation, creuser certains points, illustrer ses idées, merveilleux, le blog est là pour ça. Car s’il existe bien sûr des différences chez les blogueurs catholiques, et c’est heureux, il y a plusieurs demeures dans la cathosphère. Ne pas être d’accord est une chose, s’envoyer des insultes à la tronche en est une autre. Car ce à quoi nous avons assisté récemment, n’a rien à voir avec le dialogue : interprétation de phrases et de tweets, prise de position tranchée sans chercher à comprendre l’autre etc.

Alors comment peut-on en arriver à un tel point de non-dialogue ?

Plusieurs propositions. Il peut s’agir d’orgueil : pas facile de se remettre en question de manière publique. Ou encore d’aveuglement, on peut être totalement sincère dans une argumentation et têtu comme un âne. Autre piste, il y a peut-être de la jalousie. Il est vrai que Koztoujours pour ne pas le nommer, est le blogueur catholique le plus connu. Peut-être parce que de nombreuses personnes se retrouvent dans sa ligne de catholique modéré ? Après, il faut relativiser. Parlez à votre voisin de messe de Koz, vous pouvez être certain qu’il ne sait pas qui c’est. N’oublions pas que la blogosphère est une microsphère. {message de publicité, pourquoi ne pas parler de vos blogueurs préférés à votre curé pour qu’il les publie dans son bulletin paroissial ou sur le site de la paroisse ?} Enfin, il y a l’effet bien connu de l’écran, qui comme son nom l’indique, crée une espèce de protection. Mais est-ce parce que l’on est caché derrière que l’on peut tout se permettre ?

Si les clash sont aussi vieux que le web 2.0, ils révèlent un problème fondamental : on ne se parle plus. Et c’est valable pour les blogueurs comme dans les entreprises et la société en général. Que celui qui n’a jamais dit “Tu as eu mon mail ?” au lieu de prendre son téléphone lève la main. Et si l’on ne se parle plus, c’est bien parce que l’on ne se rencontre plus. Certes, aller boire un verre ou se passer un coup de fil n’aplanira pas les différences. Mais un dialogue IRL permettra de nuancer son propos, d’ajouter toute la communication non verbale qui manque à l’exercice de l’écriture, et ouvrir pourquoi pas des chantiers de réflexion commune. Toujours est-il que selon moi, le web donne l’illusion du dialogue, qui ne peut se faire que dans la rencontre. C’est là d’ailleurs la limite du blog. A nous de voir les blogs comme un moyen de faire passer des idées, d’en faire peut-être les prémisses du dialogue, mais non pas le lieu. Passé un certain point c’est l’impasse assurée.

Pour conclure, je regrette d’autant plus le ton de ces clashs publics qu’ils viennent de blogueurs catholiques, qui vivent de l’amour du Christ et qui sont censés en témoigner. Là désolée mais c’est raté. Alors j’espère tout d’abord que les blogueurs concernés me pardonneront cet article, et d’autre part, qu’un pardon mutuel sera donné. Autour d’une bière ?

PS : merci à @JosephGynt, rencontré récemment IRL

Sylvie

 

7 réponses à “Bière : le ferment du dialogue”

  1. Manutop

    Précisons qu’il ne faut pas confondre les levures qui sont la cause de la fermentation naturelle de la bière, avec l’amertume, qui vient essentiellement des houblons. Or une bière ratée, c’est uniquement en cas de mauvaises bactéries. Le houblon, qui donne l’amertume et tant d’arômes a pour lui d’être un remarquable antiseptique et prévient donc en partie l’échec possible du processus de fermentation 🙂
    D’ailleurs on pourrait plus adéquatement parler de l’acidité du vin qui vire au vinaigre…
    Passons sur cette considération zythologique et merci pour la mention 😉
    On comprend bien l’acception usuelle faite de cette expression et je ne peux qu’acquiescer à tout ce que Sylvie dit par ailleurs dans ce billet.
    Fraternellement et bièrement vôtre !
    Emmanuel

  2. Patrick Pique

    Il n’est cependant pas facile de se retrouver autour d’une bière avec un blogueur qui vous a exclu de sa liste de contact sur Facebook pour avoir parlé de Jésus… A moins que ledit blogueur se soit d’emblée situé d’abord dans le champ politique plutôt que dans le champ de la cathosphère…

  3. Fikmonskov

    Alors bon : aucune jalousie envers Koz, je préfère être moi que lui. Je constate cependant qu’encore une fois vous semblez considérer que Koz est irréprochable, et que ce sont ses opposants qui sont forcément jaloux.

    Mais bon, j’ai sûrement mal compris.

  4. P. Vianney +

    Je regrette que Fikmonskov ait commencé à prendre lui-même sa défense… je ne suis pas sûr que ce soit très heureux.
    Mais je constate simplement que, en voulant sans doute sincèrement apaiser les choses, l’auteur de cet article prend clairement parti, en prêtant des intentions à Fik après lui avoir reproché de faire la même chose (ce qui décrédibilise totalement la démarche… ou révèle une autre intention que celle exprimée ?), et aboutit donc à une seule chose : mettre de l’huile sur le feu.
    Epic fail. Tout du moins si l’intention initiale était d’apaiser les choses, ce que j’espère.
    C’est dommage.

  5. Darth Manu

    Si je salue les excellentes intentions et l’évidente sincérité de ce billet (tout en rejoignant cependant, et pour une fois, les observations de Fik et Vianney, ci-dessus, sur quelques maladresses de forme), je reste un peu dubitatif sur son analyse, qui peut, me semble-t-il, se lire de deux manières complètement différente, suivant que l’on y voit le souci de rappeler chaque blogueur a l’humanité et a la dignité et/ou à la catholicité de son contradicteur, ou celui de préserver une certaine qualité d’ambiance dans la cathosphere. Si je l’interprète de la première façon, il me parait énoncer une vérité incontournable. Si je l’interprète de la seconde, il me parait très critiquable (si pour ma part je devais choisir entre me positionner en conscience et en vérite sur des sujets graves, et des échanges consensuels autour d’une bière, j’espère que ma réponse ne ferait pas un pli, même si j’apprécie beaucoup jusqu’ici la capacité de beaucoup de blogueurs et twittos cathos a faire la différence entre les désaccords sur les idées, et les personnes). Et quelque part, j’ai l’impression que ces deux points de vue sont mêlés dans ce billet (dans quelles proportions? Je l’ignore), et qu’il serait, a mon avis, bon de clairement les distinguer.

  6. POUJOL

    Si je puis me permettre, le “non dialogue” n’est pas l’apanage de ceux qui s’égratignent sur le net, si regrettable cela soit-il. Il y a aussi le silence, pesant, de personnes avec lesquelles on a jadis été en lien et qui, désormais, vous ignorent jusqu’à ne pas réagir à de petits gestes qui se veulent de sympathie sinon d’amitié. C’est désormais chacun dans sa bulle !

  7. Le Spirituel D'abord

    Merci à tous pour vos commentaires. Il est étonnant de voir à quel point ils illustrent parfaitement ce que j’ai “tenté” d’exprimer et confirment que le “dialogue” sur le web est malheureusement limité, en raison de l’interprétation que chacun peut faire en fonction de son histoire et de là où il regarde. D’autres ont sans doute un art de la plume plus développé que le mien pour se faire véritablement comprendre. D’où la nécessité je pense de se rencontrer. Et l’invitation est sérieuse, que cela soit autour d’une bière, ou pas
    @Poujol : merci pour votre intervention, les clash sont sur le web le reflet amplifié de ce qui se passe IRL je suis bien d’accord. Le web n’est d’ailleurs que le miroir d’une société, qui objectivement ne va pas très bien. Mais ne doit-on pas être du monde, sans être du monde ? En tout cas ne désespérez pas dans votre démarche de réconciliation !

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS