Merci pour cette chronique, qui donne envie d’aller voir ce film. Vincent Martorell