Dans le monde sans en être

Le portrait de Jupiter

le-portrait-officiel-d-emmanuel-macron_5907194

Après deux mois de retard, le maître des horloges a enfin révélé son portrait officiel. Pour ce président amateur du langage symbolique, un décryptage s’impose.

Le portrait du Président ne manque pas de symboles et de références. Tout d’abord il nous présente une nouveauté dans les portraits des Présidents de la République : il pose devant son bureau, légèrement appuyé dessus, les mains agrippées au rebord du meuble. Le lieu choisi est-il si nouveau ? Pas tout à fait pour deux raisons : d’abord, il s’inspire très clairement du portrait officiel de Barack Obama : même lieu, le bureau, même disposition des deux drapeaux, Obama a celui des Etats-Unis et celui du sceau du Président, même fond avec une fenêtre et même regard en face. La différence tient en la posture de Macron, Obama a les bras croisés, et les fenêtres sont ouvertes pour le Français. Macron donne là un symbole d’ouverture vers le monde extérieur, un monde verdoyant avec un ciel bleu comme s’il fallait voir une dimension d’espérance et d’écologie…

Mais la pose dans le bureau n’est pas non plus nouvelle en France. Le premier chef de notre État moderne était un adepte de portraits officiels près de son bureau : Napoléon Bonaparte a commandé plusieurs tableaux dans cette pièce avec ce meuble bien visible.

Regardons maintenant les objets posés sur son bureau : un livre ouvert, deux livres fermés et superposés, deux Smartphones, une horloge et un petit service surmonté d’un coq bien visible. Le livre ouvert évoque immanquablement le portrait officiel de François Mitterrand où il tenait dans ses mains un livre ouvert, les Essais de Montaigne. Cette fois-ci, il s’agit des mémoires de guerre du Général de Gaulle. Les deux livres fermés et superposés évoquent, quant à eux, le portrait officiel du Général de Gaulle : il posait sa main sur deux livres superposés et fermés. Macron a choisi le Rouge et le Noir de Stendhal, ainsi que les nourritures terrestres de Gide. Deux auteurs qu’affectionnent particulièrement le Président, et un signe de son goût pour les lettres.

Deux livres fermés et un ouvert : De Gaulle et Mitterrand, les deux références constantes d’Emmanuel Macron qui ne cesse de dire que sa politique sera “Gaullo-Mitterrandienne”. Le symbole est limpide, le message est explicite.

Le petit service avec un coq est une référence très simple au coq gaulois, je pense qu’il ne faut pas chercher plus loin, et c’est un objet du palais. Enfin, l’horloge indique qu’il est le “maître des horloges” : c’est lui qui décide de l’agenda de la présidence, lui et personne d’autre. Il n’est donc pas seulement Jupiter, mais aussi Saturne, maître du temps.

Emmanuel Macron est un Président “Jupiterien”, même s’il a sacrifié à la solennité de la présentation du portrait en se contentant de le diffuser sur Twitter et non à la salle des fêtes de l’Elysée comme ses prédécesseurs. Il est capable de solennité comme lors de sa passation de pouvoir et par le contenu de ce portrait officiel, mais il est aussi capable d’une attitude jeune et décontractée comme lorsqu’il boxe et joue au tennis-fauteuil à la journée olympique, ou quand il diffuse ce portrait par Twitter. C’est pourquoi, sur ce portrait contenant des objets anciens et classiques figurent deux I Phones. C’est l’aspect Janus de Macron : il regarde à la fois vers le passé, l’histoire, et vers l’avenir. Il est Janus comme l’était Mitterrand quand il a conçu la Pyramide du Louvre : une architecture moderne prolongeant un édifice ancestral.

Charles Vaugirard

PortOff

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS