Dans le monde sans en être

Pugilat présidentiel

MainsPugilat

“La France mérite mieux que cela.” Répéta à maintes reprises Emmanuel Macron au cour du débat télévisé avec Marine Le Pen. C’est le sentiment qui m’inspire après avoir vu ce débat qui avait tous les airs d’une rixe dans la cour d’un collège de banlieue. Une Marine Le Pen ricanante, moqueuse, passant l’essentiel de son temps de parole à critiquer la personne et le projet d’Emmanuel Macron. Alors que depuis 1974 les débats d’entre-deux-tours se font toujours avec courtoisie et respect, nous avons assisté à l’agression d’un candidat par une candidate qui a davantage démolit son adversaire que présenté son projet. Ce soir, Marine Le Pen a revêtu le manteau de l’accusateur public et elle a tenté de transformer le plateau télévisé en tribunal révolutionnaire. Il faut reconnaître que ces salves incessantes ont été méthodiquement préparée et que l’atmosphère hostile a débuté la veille avec les déclarations de Marine et de ses sbires sur une mystérieuse rumeur lancée par un tweet d’une journaliste de BFM TV. D’après ce bruit, Emmanuel Macron envisagerait de quitter le plateau s’il devenait le “punching ball” de Marine Le Pen. Étrange rumeur à l’origine incertaine extrapolée et exploitée jusqu’au bout par une Marine qui communiqua toute la journée précédant le débat sur une possible peur du candidat d’En Marche… La candidate nationaliste se mit alors à bomber le torse, à crâner comme un caïd de la ZUP avant une bagarre sur le parking d’un HLM, et, une fois dans l’arène, elle lança ses flèches acérées dans le but évident de le déstabiliser et d’obtenir ce départ qui ferait d’elle le vainqueur par KO.

Ce comportement violent n’a fait que ridiculiser Marine Le Pen. En face d’elle, elle a eu un homme énergique, combatif qui ne s’est pas dérobé devant son adversaire. Gardant son calme mais parlant avec fermeté, il ne s’est pas rabaissé au niveau des propos infâmant et diffamatoires de Marine Le Pen. Emmanuel Macron a tout fait pour que le débat ne soit pas un pugilat, il a parlé de son projet et il a soigneusement démonté l’argumentaire fantaisiste du Front national. Il en sort le sentiment que Macron connaît le fonctionnement de l’Etat, de l’Union européenne, et de l’économie, alors que Le Pen semble d’une incompétence abyssale. On peut ne pas partager les idées du jeune candidat, mais on est obligé de reconnaître qu’il a toutes les compétences techniques pour gouverner un pays. C’est un fait objectif. Et c’est aussi être objectif que d’affirmer que Marine Le Pen, par sa violence et sa vindicte ne fera que diviser un pays déjà suffisamment blessé. Nous avons plus que jamais besoin de paix civile, ne mettons pas au sommet de l’Etat un individu malveillant qui ressent de la haine pour son adversaire politique au point de refuser de reconnaître des qualités chez lui. On ne peut pas aimer la France en haïssant ses concitoyens ou en traitant la chancelière allemande comme une ennemie. On ne peut pas gouverner un pays quand on ne sait pas comment l’Etat fonctionne. On ne peut pas mettre à l’Elysée un accusateur public.

Oui, vraiment, la France mérite mieux que cela.

Charles Vaugirard

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS