Dans le monde sans en être

La pédagogie, le politique… et Pierre Gattaz

agora

« Il y a un problème de pédagogie », la formule de Pierre Gattaz dans La Croix du 21 juin a de quoi agacer. Cette expression – devenue si courante – révèle le triste état de la politique dans notre pays.

Rappelons d’abord que pédagogie vient du grec « paida » – enfant – et « gogein » – conduire ; faire de la pédagogie c’est donc conduire des enfants ! Confondre systématiquement le vocabulaire de l’éducation et celui de la politique révèle une inquiétante conception de la démocratie. Précisons encore, puisque nous ne sommes pas des enfants (paida) mais bien un peuple (démos en grec), le terme que Pierre Gattaz devrait utiliser est démagogie ! L’usage du vocabulaire adéquat me semble particulièrement éclairant.

Mais au-delà de ces questions étymologiques, c’est d’une conception technicienne de la politique que témoigne l’usage de cette expression. La politique ne consiste plus à choisir librement « en vue de la vie qui soit potentiellement la meilleure » (Aristote, Politiques, VII, 8), mais à bien appliquer des techniques. La question de la finalité (quelle société voulons-nous ?) est systématiquement remplacée par celle des moyens (quelle règle économique appliquer ?). Bref le rôle de décision de la politique est nié. L’opposant n’est plus quelqu’un qui a un projet différent, mais quelqu’un qui a mal compris comment ça fonctionne. Il suffit de lire la suite du propos de Pierre Gattaz pour s’en convaincre, quelle est sa solution à la crise française ? « mieux enseigner l’économie » ! Au lieu de voir en face la crise politique, on fait comme s’il ne s’agissait que d’une crise technique : les Français ont mal lu la notice d’utilisation de l’économie. Je revendique de ne rien y connaître en économie et d’avoir mon mot à dire sur la Loi Travail ! Car, oui, l’économie n’est qu’un outil et cet outil doit être soumis à une finalité qu’il ne peut se donner à lui-même. Ce n’est pas de spécialistes en économie dont nous avons besoin, c’est d’hommes politiques. Sans cela, l’économie (le moyen) continuera d’imposer sa direction (la finalité) et la politique (discussion et décision sur les finalités) de laisser peu à peu sa place à la technocratie (règne des moyens).

Benoit

2 réponses à “La pédagogie, le politique… et Pierre Gattaz”

  1. pepscafe

    Bonjour Benoît,

    merci pour ton article, qui est bien vu !
    Et en effet : “La question de la finalité (quelle société voulons-nous ?) est systématiquement remplacée par celle des moyens (quelle règle économique appliquer ?)”. Je dirai même plus : esquissée au profit de l’efficacité pragmatique, la porte ouverte au relativisme, quand il ne s’agit pas de privilégier “l’intérêt du consommateur”, comme tu le soulignais sur RDN.
    “Au lieu de voir en face la crise politique, on fait comme s’il ne s’agissait que d’une crise technique”. Ou d’un “phénomène naturel” ? De là à nous empêcher de porter un regard moral sur la crise, il n’y a qu’un pas…

    En Christ,
    Pep’s

  2. BONDUELLE Nicolas

    Merci pour cet excellent article !
    Nicolas

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS