Des dettes ou selon mes observations, des échecs cuisants et inavouables de choix sans prétention imposés par des illuminés qui ont su faire le tapage nécessaire en mettant à contribution une Presse sans scrupules pour “faire du scoop”, à tous prix !
Les contre – producteurs de richesses ont su s’imposer dès le début du XIXème siècle pour interdire que perdure le raffinement culturel et artistique et l’esprit d’intelligence gestionnaire et productive, qui valorisait le goût de l’effort, du mérite : celui qui oeuvrait pour améliorer le bien – être humain et animal.
Pour moi, toutes les dettes s’entassent lamentablement à cause du travail de sape et au crédit que nos médias apportent aveuglément aux donneurs de leçons revanchards, hédonistes sans le sentiment amoureux et incultes.