Dans le monde sans en être

Le grand prêtre (3/3) : De la charité…

ff

« QU’EST-CE QUE LA CHARITÉ ? » aurait pu demander Ponce Pilate  à Jésus s’il en avait eu le temps. Mais après tout, qui sait si Ponce n’a pas ultérieurement rencontré Saint-Paul et entendu ceci de sa propre bouche : « Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert de rien. »11 Corinthiens 13 :3

Ce dont on est sûr, en revanche, c’est que le grand prêtre et son clergé financier ne connaissent ni Paul, ni Jésus et que leur devise est la suivante :

« Jamais je ne distribuerai mes biens pour la nourriture des pauvres, jamais je ne livrerai mon corps pour être brûlé ; je n’ai pas la charité, et je m’en moque car cela ne me rapporte rien ».

Ce ne sont pas là des propos en l’air, mais une réalité  palpable et dramatique à la fois. Depuis 2008, des milliards de milliards d’euros ou de dollars ont été créés à partir de rien, avec pour résultat, un accroissement de la fortune des plus riches (ceux que l’on nomme les 1%), et une paupérisation de tous les autres.

Ainsi, aux États-Unis, la croissance entre 2009 et 2012 a permis à 1% des américains d’accroître leur richesse de 31,4% et aux 99% autres de l’augmenter de…0.4%2http://eml.berkeley.edu/~saez/saez-UStopincomes-2012.pdf.

De même, les 1.000 citoyens britanniques les plus riches du royaume se partagent 519 milliard de Livres Sterling soit un tiers du PIB de leur pays3http://www.independent.co.uk/news/people/sunday-times-rich-list-wealthiest-britons-own-a-third-of-the-nation-s-wealth-9391634.html.

Au niveau mondial, cette fois, 85 personnes possèdent actuellement autant de richesses que les 3.5 milliard de personnes les plus pauvres de la planète4http://www.npr.org/sections/thetwo-way/2014/01/20/264241052/oxfam-worlds-richest-1-percent-control-half-of-global-wealth.

Nous n’avons pas, hélas, de statistiques plus récentes, en la matière. Mais il est hautement probable que cela n’a fait qu’empirer depuis 2013. De fait, la création monétaire telle que John Maynard Keynes l’a définie dans sa « Théorie générale » tourne à plein rendement, si l’on peut dire et se trouve confrontée à la « trappe à liquidité ».

Trappe à liquidité (en théorie)

L’économiste britannique distingue deux types de monnaies détenues par les agents économiques :

  • M1, correspond aux montants utilisés à des fins de transactions (consommation) ou de précaution (épargne),
  • M2, à la quantité de monnaie utilisée pour des motifs de spéculation.

En additionnant M1 et M2, on obtient M, c’est à dire l’ensemble des liquidités présentes dans l’économie. Ainsi, dans un contexte de récession, une des méthodes de relance de l’activité économique consiste à accroître la masse monétaire. En théorie donc, lorsque la masse monétaire augmente, le taux d’intérêt diminue, ce qui permet d’augmenter l’investissement et donc de relancer la croissance. En effet, lorsque le taux d’intérêt est bas, les individus et entreprises ne souhaitent pas placer leur argent en achetant des bons du trésor mais préfèrent consommer ou investir, ce qui relance la croissance et donc l’emploi.

Trappe à liquidité depuis 2008

Depuis 2008 et la panique sur les marchés interbancaires européens, la Banque Centrale Européenne – mais c’est la même chose aux USA, en GB, au Japon ou ailleurs – a racheté aux banques commerciales toutes leurs créances « pourries » afin d’éviter leur faillite. Tout ceci s’est fait tranquillement, en contravention totale avec les  règles de Maastricht, les statuts de la BCE et ceux des banques centrales nationales.

Le « Quantitative Easing » a permis de racheter aux banques des titres souverains (Grec, Irlandais, Portugais, pour ne citer que ceux-là), afin d’éviter les recapitalisations exigées par la réglementation bancaire (ratio Cooke ou Bâle II), c’est-à-dire de faire appel aux actionnaires pour qu’ils assument les risques pris.

Mais de nos jours, quand les actionnaires « spéculent mal », c’est la Banque Centrale Européenne qui paie les pots cassés. Et c’est ainsi que les banques commerciales ont transférée leurs pertes potentielles contre de l’argent propre. Certes, il s’agit là d’une forme de blanchiment d’argent sale, mais entre gens bien élevé, voyez-vous, ceci n’est pas condamnable…

Que faire de l’argent propre ?

Mais alors, que faire de l’argent propre ? Si la création monétaire avait été distribuée aux pauvres et aux classes moyennes, Keynes aurait eu raison. Cet argent (M1) se serait dirigé vers la consommation et l’épargne. Avec sans doute, un peu d’inflation. Mais puisque seule la « Communauté Spéculative Globale » y a accès, puisque ces braves gens ne vont pas manger 3 baguettes au lieu d’une, c’est donc vers M2 que la monnaie se tourne. Vers la spéculation. Alors l’inflation se concentre sur les marchés financiers, les œuvres d’art et l’immobilier, bref dans des endroits interdits au commun des mortels.

Et c’est ainsi que les riches deviennent plus riches et il n’y a aucune raison que cela cesse puisque, charité oblige,  le grand prêtre et les Banques Centrales sont là pour « prendre leur pertes »…

Ah j’oubliais !

On vient d’apprendre (Mais fallait bien chercher…) que Jean-Claude Trichet, ancien grand prêtre de la BCE, Ben Bernanke, ancien grand prêtre de la FED5Banque Centrale Américaine et Gordon Brown, ancien Premier Ministre Britannique, viennent d’être nommés tous les trois, membres du conseil de surveillance de PIMCO6http://www.zerohedge.com/news/2015-12-07/latest-revolving-door-farce-bernanke-trichet-and-gordon-brown-pimco-global-advisory-, qui est juste le plus gros Hedge Fund de la planète…

Comme quoi, charité bien ordonnée commence par soi-même…

Stéphane Duté

@veilleur80

Notes :   [ + ]

1. 1 Corinthiens 13 :3
2. http://eml.berkeley.edu/~saez/saez-UStopincomes-2012.pdf
3. http://www.independent.co.uk/news/people/sunday-times-rich-list-wealthiest-britons-own-a-third-of-the-nation-s-wealth-9391634.html
4. http://www.npr.org/sections/thetwo-way/2014/01/20/264241052/oxfam-worlds-richest-1-percent-control-half-of-global-wealth
5. Banque Centrale Américaine
6. http://www.zerohedge.com/news/2015-12-07/latest-revolving-door-farce-bernanke-trichet-and-gordon-brown-pimco-global-advisory-

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS