Dans le monde sans en être

Mais le fleuve s’arrête, Grégoire Riobé.

 

Le temps est tour à tour et chasseur et chassé,
Comme un mauvais garçon qui court les rues,
Tout va bien trop vite, tout est bien pressé,
Et le soleil morose déjà efface la lune.

Fanent les fleurs et s’éteint le soleil,
L’oiseau se hâte: il s’envole et s’en va
A peine le temps d’une tendresse et l’éveil
Appelle le soir qui nous attend comme sa proie.

Et la fatigue pèse car toujours il y a à faire,
En tous lieux se démènent les uns pour exister,
Les autres pour se cacher, ou pour payer l’affaire
Qu’est le mérite de vivre, car il faut s’acheter.

Mais le fleuve s’arrête ! Le Jourdain se sépare !
L’Arche d’Alliance ENTRE DANS LE TEMPS !
Et le peuple à pied sec traverse et se pare,
Des roches du fond du lit et dresse un monument !

Tout est déjà là, au commencement de l’histoire,
Le soleil s’élève et enlace la lune,
Et le dos du SEIGNEUR se montre chaque soir,
Chaque instant est une mer d’amour sous l’azur.

 

Grégoire Riobé,  2015.

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS