Dans le monde sans en être

Prix Frédéric Ozanam : les critères de sélection et le cadeau

PRIX_OZANAM_LARGE

Le 9 septembre dernier, les Cahiers Libres ont lancé le Prix Frédéric Ozanam. Jusqu’au 4 novembre, vous pouvez proposer au jury vos articles préférés (publiés entre le 9 septembre 2014 et le 8 septembre 2015).

Mais deux questions vous taraudent sans doute : sur quels critères le jury va-t-il statuer et quel sera le cadeau des lauréats ?

Les réponses à ces deux questions sont liées.

Les lauréats recevront en cadeau un ouvrage donnant des points de repères aux gens de lettres chrétiens. Ce sont ces points de repères qui servent de critères au jury du Prix Ozanam.

L’ouvrage n’est autre que Des devoirs littéraires des chrétiens, de Frédéric Ozanam. Il est réédité, pour la première fois depuis le XIXe siècle, par les éditions Le Centurion, qui sont partenaires du Prix.

Il s’agit d’un discours écrit par Ozanam en 1843. Comme nous l’avons dit précédemment, Frédéric était un homme de lettres très prolifique : cours à l’université, articles de presse, livres d’apologétique, c’était un auteur abondant. Mais ce qui est peu connu, est qu’il a prononcé un discours afin de guider les auteurs de son temps. Dans ce livre, Ozanam nous donne trois axes, qui sont trois vertues essentielles pour les trois activités des écrivains :

“En ramenant la vérité dans l’étude, la beauté dans la production, la bonté dans la controverse, nous aurons retrouvé un reflet de ces trois rayons divins, le vrai, le bien et le beau, qui ne luisent jamais inutilement aux yeux infirmes des hommes.”

Vérité, beauté, bonté. Concrètement pour notre jury, il s’agit de reconnaître :

  • La qualité de la réflexion, dont fait partie l’orthodoxie. L’article lauréat est écrit par un auteur ouvertement catholique. Cela implique dans un premier temps que cet article ne soit pas en contradiction avec le magistère.

“La première loi des lettres chrétiennes, c’est l’orthodoxie : et cette loi, qui semble d’abord un assujettissement et une gêne, devient au contraire le principe de leur liberté et de leur grandeur. Toute puissance véritable porte en elle une loi qui fait sa force.”

Ensuite, cette réflexion doit édifier le lecteur par la pertinence de son contenu. Profondeur de la réflexion, informations solides (et non des rumeurs), capacité d’édification du lecteur, richesse du témoignage, ou apports de disciplines comme la philosophie, l’histoire, le droit etc… Un blog n’est pas une revue scientifique, mais il n’exclut pas un travail donnant un résultat de qualité.

  • La beauté du style littéraire : l’article remportant le prix doit avoir une réelle qualité littéraire. Une orthographe et une syntaxe correcte, une beauté du style ainsi qu’une accessibilité à tous les publics. L’accessibilité est d’autant plus appréciable quand le texte porte sur un sujet complexe.

“Nous avons poursuivi la vérité dans le fond par l’étude, nous devons chercher la beauté dans la forme par la production; sachons que la forme qui va saisir les âmes par les attraits intérieurs et les sollicitations puissantes de l’admiration, sachons que la forme n’est pas indigne de l’oeuvre divine. De la science, l’art doit sortir avec toutes ses splendeurs.”

  • La charité envers le contradicteur : l’univers des blogs est un monde de débats, d’échanges et les réseaux sociaux accentuent encore cette tendance. Les discussions sur Internet sont hélas souvent violentes et certains comportements, qualifiés par les spécialistes de “trolls” ou de “haters”, sont récurrents sur les réseaux sociaux. La discussion est pourtant positive, elle a toujours existé dans le monde des lettres, à condition qu’elle fasse preuve de charité et de respect envers les contradicteurs.

“Il ne faut point compromettre la sainteté de la cause par la violence des moyens”

Un article gagnant est donc un article qui évite toute attaque ad hominem et toute diffamation. Ni insulte, ni accusation sans preuve. Il peut dénoncer une idée, ou même l’attitude d’une personne, mais toujours dans le respect et la vérité. Cette règle s’applique aussi à la manière dont l’auteur répond aux commentaires de l’article.

Frédéric Ozanam est un modèle d’auteur chrétien. Il est aussi un guide par ce livre qu’il nous a donné pour nous donner des points de repères. Les blogueurs catholiques peuvent s’inspirer de lui car son activité a été très proche des leurs : il a publié des articles de presse, il a même fondé un journal, l’Ere nouvelle, sans être journaliste professionnel. N’est-ce pas la définition du blogueur ? Frédéric Ozanam pourrait prétendre à être saint patron des blogueurs, si un jour l’Eglise voulait leur donner un guide céleste.

Charles Vaugirard

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS