Dans le monde sans en être

[Edito] Saints couples, priez pour nous !

Icone de la famille Martin, parrocchia Marcallo, It.

Icone de la famille Martin, parrocchia Marcallo, It.

Le calendrier est bien fait : en plein Synode sur la famille, nous allons assister dimanche 18 octobre 2015, à la première canonisation d’un couple. Celui des époux Martin, parents de sainte Thérèse de Lisieux. « Louis et Zélie ont compris qu’ils pouvaient se sanctifier non pas malgré le mariage mais à travers, dans et par le mariage, et que leurs épousailles devaient être considérées comme le point de départ d’une montée à deux », témoignait le Cardinal José Saraiva Martins à l’occasion de leur béatification, en 2008.

Quelques années avant eux, Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi ont été les premiers mariés à atteindre ensemble la béatification, au titre de leur vie dans le sacrement du mariage. Jean-Paul II y voyait alors « une confirmation singulière du fait que le chemin de sainteté accompli ensemble, comme couple, est possible, beau, extraordinairement fécond, et qu’il est fondamental pour le bien de la famille, de l’Église et de la société ! »

Biberons de nuit et divine liturgie

A l’heure où le monde flanche à mesure que le modèle familial s’effrite, Louis et Zélie, comme Luigi et Maria, nous rappellent que la sainteté n’est pas qu’affaire de pères du désert ou de grands prêches. Il y a du service de Dieu dans l’attente des rots du nouveau-né, ou les récitations patientes des poésies d’écoles. Il y a de la divine liturgie dans la préparation du biberon au milieu de la nuit ou la veille de l’enfant malade, comme il y a du chemin de croix dans les trajets répétés à l’école, les soucis plein la tête, ou dans le stress silencieux des parents les jours d’examens… Mais plus encore que cela, il y a de l’Alliance de Dieu avec l’humanité dans le oui que se donnent l’homme et la femme, une fois d’abord, puis chaque jour qu’ils se redisent leur amour. Depuis la Théologie du corps de saint Jean-Paul II, nous ne cessons de redécouvrir la beauté de la vie de couple, et cette révolution des consciences est peut-être la plus belle qui marque l’Eglise moderne.

Parachevant la démonstration, l’archevêque de Kigali, au Rwanda, vient officiellement d’ouvrir la cause de canonisation d’un autre couple : Cyprien et Daphrose Rugamba. Vainqueurs des difficultés conjugales, témoins de l’Évangile et fondateurs d’un centre de la communauté de l’Emmanuel. Martyrs du génocide rwandais.

Dans nos petites tâches quotidiennes comme dans les grands drames humains, saints couples, priez pour nous !

Joseph Gynt

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS