Dans le monde sans en être

“Réconcilier l’éthique, le consommateur et l’entreprise ?”

Bernadins _logo_rvb-425x400

Retour sur un Mardi des Bernardins : Le 9 juin dernier étaient réunis à la table des Mardis des Bernardins Guy Aurenche, président du CCFD-Terre Solidaire et avocat honoraire, Danielle Auroi, présidente de la commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale, rapporteur de la proposition de loi sur le devoir de vigilance des entreprises, Laurent Corbier, représentant du MEDEF, directeur des affaires publiques groupe ERAMET et enfin Sandra Cossart, responsable du programme « Globalisation et Droits Humains » de l’association Sherpa.  Thème de leur débat : “Au cœur du devoir de vigilance, réconcilier l’éthique, le consommateur et l’entreprise”.

Le 24 avril 2013, un immeuble qui abritait plusieurs usines textiles s’est effondré au Bangladesh causant la mort de 1 129 personnes. Dans les décombres, les étiquettes de grandes marques de vêtements européennes et françaises. Deux ans après ce drame, le 30 mars dernier, les députés français adoptent un texte instaurant un « devoir de vigilance » pour les entreprises françaises à l’égard de leurs sous-traitants. Adopté, le texte est toujours bien loin de faire l’unanimité chez les acteurs concernés. Pour les uns, il s’agit d’un texte a minima, pour les autres, d’un texte beaucoup trop flou et dangereux pour la compétitivité. Entreprises multinationales, politiques, ONG, consommateurs et citoyens, sommes-nous tous responsables ? Face à la concurrence et devant la globalisation de notre économie et des nouveaux enjeux environnementaux et sociétaux, comment agir et réagir ?

 

 

Rendez-vous la semaine prochaine !

 

« Les écrans nous abrutissent-ils ? Apprentissage, lecture, transmission », le mardi 23 juin à 20h

 

Refusant tout à la fois une méfiance abusive et un engouement excessif, comment définir la juste place qu’il convient d’accorder à ces écrans ? Pour cela, il nous semble nécessaire de replacer cette « révolution du numérique » dans un temps long, la comparant avec d’autres bouleversements majeurs dans notre rapport au texte. En outre, il faudrait explorer les conséquences qu’ont ces nouvelles pratiques sur la formation du cerveau.

Débat autour d’Alain Bentolila, professeur de linguistique à l’université Paris-Descartes, Patrick Boucheron, professeur d’histoire du Moyen Âge à Paris 1 Panthéon-Sorbonne (LAMOP), Damien Le Guay, philosophe, maître de conférences à HEC, enseignant à l’espace éthique de l’APHP et Elena Pasquinelli, chargée de mission à la Fondation La main à la pâte, membre associé Institut Jean Nicod (département d’études cognitives, ENS, Paris). Venez les écouter et leur poser toutes vos questions en deuxième partie !

Plus d’informations ?

 

Élise pour l’équipe des Mardis

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS