Dans le monde sans en être

Jérôme Lejeune, aux plus petits d’entre les miens

Le professeur Jérôme Lejeune fait partie des grands chercheurs du XXème siècle. Médecin, chercheur en génétique, sa découverte de la trisomie 21 en 1958 et ses recherches sur cette maladie ont fait de lui le père de la génétique moderne.

Mais sa success story au sein du monde de la science, qui aurait pu être couronnée par le prix Nobel de médecine, a été stoppée nette par une prise de position courageuse : la défense de la vie dès son commencement, alors que les Etats occidentaux commençaient à autoriser l’avortement.

Le documentaire de François Lespès “Jérôme Lejeune, aux plus petits d’entre les miens” nous permet de découvrir la vie et l’engagement du professeur Lejeune. A travers des interviews de témoins en France et aux Etats-Unis, de partisans et de détracteurs, ce film nous décrit fidèlement ses prises de position, et les questions auxquelles il fut confronté, notamment celle, essentielle, de l’instant où un embryon devient un être humain à part entière.

Le documentaire aborde son sujet avec finesse et Jérôme Lejeune n’est pas seulement présenté comme l’homme de foi qu’il était : il demeure un scientifique à l’état pur, un chercheur qui reconnait lui-même que ceux qui veulent avorter les handicapés “manquent de confiance en la science”. Jérôme Lejeune a toujours cru que l’on pourrait un jour soigner les trisomiques, et des scientifiques, notamment ceux de la Fondation Jérôme Lejeune, continuent encore de chercher des traitements, comme le présente le film. Son amitié avec le Pape Jean-Paul II se fait aussi autour de l’homme de science : le Pape appréciait le raisonnement profondément scientifique de Lejeune. Cette amitié illustre bien l’alliance de la foi et de la raison qu’a si bien décrit Jean-Paul II dans son encyclique Fides et Ratio.

La plus grande douleur du professeur Lejeune fut que sa découverte se retourna contre ses convictions. Le dépistage de la trisomie est utilisée pour éliminer les trisomiques plutôt que pour les soigner. Une vidéo d’archive de 1970 nous présente d’ailleurs un partisan de “l’avortement prophylactique” affirmant face au professeur Lejeune, qu’il est favorable à l’élimination des “monstres” car il “préfère la jeunesse à la décrépitude”… L’eugénisme était à visage découvert ! Le grand combat pour la vie de Jérôme Lejeune était donc aussi un combat contre une pseudo-science eugénique. N’oublions pas que parmi les promoteurs de l’avortement, et notamment les instigateurs de la loi Veil de 1974, il y avait des scientifiques ouvertement eugénistes. L’exemple le plus frappant est celui du docteur Pierre Simon, membre du cabinet de Simone Veil en 1974 et co-fondateur du planning familial, qui ne cache pas ses convictions en faveur d’un avortement visant à éliminer les handicapés 1Pierre Simon a reconnu cela dans son livre “De la vie avant toute chose” aux éditions Mazarine..

Ce combat ne s’est pas fait sans peine, tant ses opposants ne l’ont pas ménagé : il a subi un déchaînement de violence verbale et écrite.

Lejeune a été le témoin de l’émergence de la culture de mort que nous connaissons aujourd’hui. Il est un témoin primordial pour notre temps et ce documentaire nous permet de le découvrir.

Le message du professeur Lejeune est celui d’un scientifique chrétien qui a mis la science au service de l’homme. Son message, c’est tout simplement celui de l’Evangile : “Ce que vous avez fait au plus petit, c’est à moi que vous l’avez fait.”

 Charles Vaugirard

“Jérôme Lejeune, aux plus petits d’entre les miens” sera en vente en DVD début mai. Il est produit par KTO et Aloest production. Vous pouvez déjà le commander ici.

Notes :   [ + ]

1. Pierre Simon a reconnu cela dans son livre “De la vie avant toute chose” aux éditions Mazarine.

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS