Dans le monde sans en être

Edito : Ferveur de la croix, tiédeur du monde

Ils étaient 176, jeunes, kényans, étudiants. Et chrétiens. Surtout chrétiens. Ils n’ont pas été tué pour leur nombre, leur âge, leur nationalité ou leur occupation, mais bien pour leur foi. Choisis, triés, tués parce que chrétiens. La Passion du Christ, il y a 2.000 ans, prend soudain corps sous nos yeux. Ces 176 chrétiens assassinés ont fait leur chemin de croix, suivant leur Dieu jusqu’au calvaire, jusqu’à la mort.

Ils sont des milliers, jeunes et vieux, irakiens ou syriens, de toutes professions. Et chrétiens. Surtout chrétiens. Exilés, pourchassés, menacés, eux aussi en péril du fait de leur fidélité au Christ. Confrontés à un ennemi qu’ils ne peuvent pas combattre, ils appellent à l’aide, et reçoivent en retour de la “neutralité”.

“Puisque tu es tiède, je te vomirai de ma bouche.” 1Ap 3,16

Pour les uns comme pour les autres, on a voulu escamoter leur foi, pourtant cause première de leurs maux. On a voulu la faire disparaitre, car pour le monde, perdre tant pour ne rien gagner, c’est incompréhensible. Pour le monde, cette fidélité intransigeante à un homme mort il y 2.000 ans est pure folie. Et la folie des croyants dérange.

Elle dérange ceux qui ne voient pas la force qui se dégage de la Croix, la puissance de l’abaissement de Dieu, la vigueur de l’abandon. Elle dérange ceux qui ne connaissent pas la lumière de la Résurrection. Il n’y a qu’à cette lumière que l’on peut comprendre les chrétiens d’Orient et du Kenya.

Sur les deux tableaux, la mobilisation des chrétiens a réussi a faire reparaître la vérité. Ces mobilisations d’exception montrent combien le témoignage des chrétiens, qu’ils soient kényans, d’Orient ou français, peut être puissant!

A nous de faire que la mobilisation des chrétiens ne soit plus “d’exception”. Nous qui venons de vivre Pâques et la résurrection de notre Sauveur, qui venons de célébrer le cœur de notre foi, la source de notre joie, saurons-nous maintenant en rayonner et témoigner à chaque instant ?

FPitois

Notes :   [ + ]

1. Ap 3,16

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS