Dans le monde sans en être

“Jeûnez pour Dieu”, Le carême de saint Augustin

A l’approche de la fête de Pâques, le Seigneur exige trois choses de son peuple: le jeûne, les œuvres de miséricorde et la foi du saint baptême. Ces pratiques, sans être excessives, sont tellement agréables à Dieu qu’il les prescrit dans sa miséricorde, comme il les prescrit également dans sa colère.

En effet, le Seigneur dit aux prêtres: «Sanctifiez les jeûnes, annoncez la guérison, rassemblez les vieillards et tous les habitants de la terre, dans la maison du Seigneur votre Dieu; priez le Seigneur, et il vous exaucera 1Jl 1,14». L’Évangéliste nous prouve également que Dieu commande les œuvres de miséricorde: «Donnez et il vous sera donné 2Lc 6,38». Quant à la foi du baptême nous lisons: «Dans le dernier grand jour de fête, Jésus se tenait debout et criait à haute voix: Que celui qui a soif vienne à moi et qu’il boive 3Jn 7,37». Ailleurs: «Celui qui aura bu de l’eau que je donne n’aura plus soif éternellement 4Jn 4,13». Or, je vois que, à l’exception d’un petit nombre, personne n’a soif du baptême, quoiqu’on soit dévoré par de grandes fièvres, et par les feux les plus ardents. Ce n’est point sans raison que Dieu, dans tout le cours de l’année, exige le jeûne, l’aumône et la foi de ceux qui refusent encore de croire. Ce n’est pas sans raison qu’il confère aux malades qui en sont dignes ce baptême qu’ils ont refusé à Pâques, sous le vain prétexte qu’ils étaient joyeux, sains et vigoureux. L’Apôtre n’a-t-il pas dit: «Voici que plusieurs d’entre vous sont infirmes et malades, et plongés dans un profond sommeil. Que si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions point jugés; mais en nous jugeant le Seigneur nous châtie pour nous épargner le malheur d’être condamnés avec ce monde 51Co 11,30-32?» Rien n’est plus pénible que la souffrance, rien n’est plus cruel que la maladie, rien n’est plus doux que la santé; mais pour le salut, rien n’est plus utile que le jeûne. Toutefois la prescription en est dure; mais ne regarde-t-on pas comme très-salutaires les remèdes qu’un médecin prescrit pour détruire la maladie? Ô opiniâtre mortalité! n’est-ce pas elle cependant qui sert à prouver l’utilité du jeûne? Accomplissez pour Dieu les jeûnes que vous imposent les évêques, si vous ne voulez pas qu’ils vous soient imposés par les médecins, selon cette parole de Salomon: «Ne vous flattez pas de sagesse à vos propres yeux, mais craignez le Seigneur, et abstenez-vous de tout ce qui est mal. Alors vous jouirez de la santé dans votre corps et de la vigueur dans vos ossements 6Pr 3,7-8». Jeûnez pour Dieu, puisque vous avez la santé, si vous ne voulez pas jeûner sous les étreintes de la fièvre.

Parlons d’abord du baptême. «Jésus», dit l’Évangile, «criait à haute voix: Que celui qui a soif vienne à moi et qu’il boive». Le Fils de Dieu nous appelle et il est méprisé, dédaigné; il invite les peuples à la grâce, et on se joue de ses instances. Il presse chacun de nous d’implorer sa clémence. Il nous prépare une source très-pure et unit la foi du saint baptême au sacrement de sa passion. Il nous appelle tous à la foi, mais par amour pour leur propre péché des malheureux refusent la grâce qui leur est offerte. Mais vienne pour eux un commencement de correction, un commencement de rénovation, et ils se voient contraints de vouloir ce qu’auparavant ils ont refusé. Ils réclament à grands cris ce qu’ils ont négligé de recevoir lorsque Jésus-Christ les appelait. C’est alors que les voisins ou les parents du malade accourent vers nous en disant: Serviteurs de Dieu, bâtez vos pas, venez au secours, sauvez ceux qui vont mourir. Le trouble nous saisit, nous accourons; la crainte est encore plus vive pour nous que pour eux; celui qui ne reçoit pas pour vivre, reçoit du moins pour ne pas mourir. Écoutons l’apôtre saint Paul: «Que font ceux qui sont baptisés pour leurs morts, si les morts ne ressuscitent pas? Pourquoi donc sont-ils baptisés? Pourquoi sommes-nous en danger à chaque heure, mourant chaque jour? C’est ainsi que je jouirai de votre gloire que je possède dans le Seigneur. Si, contraint par les hommes, j’ai combattu les bêtes féroces à Éphèse, quel avantage m’en restera si les morts ne ressuscitent pas? Mangeons et buvons, car nous mourrons demain. Ne vous laissez point séduire; les conversations mauvaises corrompent les bonnes mœurs 71Co 15,29-33».

Isaïe dans un langage énergique, apostrophe les hommes qui négligent le jeûne «Vous dites: mangeons et buvons, car nous mourrons demain. Ce péché ne vous sera pas remis jusqu’à ce que vous mouriez 8Is 22,13-14». Si vous désespérez de vivre, servez Dieu pendant que vous vivez; car vous mourrez demain. Vous êtes pressé par la brièveté du temps, et plus la foi de Dieu s’impose à vous dans sa nécessité, plus, chaque jour, vous mettez votre vie en opposition avec la foi. Ô homme! si vous étiez immortel, que feriez-vous donc, puisque dans le moment même que la mort vous menace vous méprisez les préceptes de Dieu? Goûtez de toute sorte de nourritures, chargez votre corps d’aliments et dormez. Donnez libre cours à votre intempérance, insultez Dieu dans les bienfaits dont il vous comble pour vous nourrir et vous vêtir. Pendant que le peuple jeûne, vous faites des festins; quand le peuple fera des festins, vous jeûnerez. C’est un Prophète qui a dit: «L’un a faim, et l’autre est dans l’ivresse 91Co 11,21». Il condamne les caprices de votre estomac, ses plaintes et les vices engendrés par la bonne chère; la privation de ces excès est pour vous une souffrance; comment donc l’Apôtre vous excuserait-il, lui qui condamne à manger des légumes celui qui n’usait de viande qu’en vue de Dieu ou pour ménager son estomac? «Que celui qui est faible», dit-il, «mange des légumes 10Rm 14,2»; et ailleurs: «Ce n’est pas la viande qui nous donne du prix devant Dieu 111Co 8,8».

La loi prescrit ce que le prêtre commande. Elle prescrit les jeûnes, qui sont toujours le meilleur remède aux maladies et à l’embarras des affaires. Celui qui ne jeûne pas en temps opportun, jeûnera dans les moments les plus défavorables. La loi de la miséricorde réclame la partie refusée aux pauvres. Elle réclame les gains impies opérés par un méchant au détriment d’un pauvre débile. Elle exige chaque jour que ceux qui doivent être baptisés rendent compte du nombre des années qu’ils ont perdues, et l’obligation qui pesait sur un jour continue à peser sur l’année tout entière. C’est donc en vain que vous essayez de vous soustraire à votre devoir par indévotion; ce devoir reste pour vous obligatoire pendant toute l’année. La nécessité vous impose ce qu’a repoussé le dérèglement de votre volonté.

Saint Augustin d’Hippone, Père et Docteur de l’Eglise
Sermon pour le Carême

Notes :   [ + ]

1. Jl 1,14
2. Lc 6,38
3. Jn 7,37
4. Jn 4,13
5. 1Co 11,30-32
6. Pr 3,7-8
7. 1Co 15,29-33
8. Is 22,13-14
9. 1Co 11,21
10. Rm 14,2
11. 1Co 8,8

2 réponses à ““Jeûnez pour Dieu”, Le carême de saint Augustin”

  1. Charles-Marie

    Merci pour ce texte! Autre moyen de continuer le chemin déjà engagé.

    Il doit y avoir des coquilles sur les notes de bas de page : en 5), 1Co 2 ne contient que 16 versets. Ce doit sans doute être ailleurs, mais je n’ai pas trouvé où.

    Et en 7) c’est 1Co 15,29-33 (et non 19-33).

  2. FPitois

    Bonjour Charles-Marie,

    Merci pour vos remarques.
    La note 5 renvoie en réalité vers le chapitre 11 de la lettre aux Corinthiens. Sans doute une mauvaise “traduction” des chiffres romains!

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS