Dans le monde sans en être

Le Christ partagera sa gloire

ChristGloire

Un verset étonnant de Saint Paul

« …lorsqu’il viendra en ce jour-là, pour être glorifié en la personne de ses saints et pour être admiré en la personne de tous ceux qui auront cru. » (2 Th 1,10)

De qui parle l’Ecriture dans ce passage lu à l’office de none, le second dimanche de l’Avent ? De Jésus, bien sûr. Qui peut être glorifié, sinon lui ? Et de quelle venue est-il question dans ce verset ? L’expression « ce jour-là » fait indubitablement allusion au Jour de Yahwe. Il s’agit donc de la venue dans la gloire du Christ à la fin des temps. La Parousie !

Le Christ se révèlera alors dans toute la dimension de son être humano-divin. D’ailleurs, dans cette lettre, une des plus anciennes écrites par lui, Paul emploie plusieurs fois le terme de « révélation » pour désigner la venue finale de Jésus dans la gloire. C’est dire que ce jour-là, tous les hommes sauront qui est Jésus pour de bon ! Le voile sera levé sur son mystère.

Cette connaissance nous intéresse d’autant plus que nous sommes en Avent. Cette période ne consiste pas seulement à se préparer à Noël, et n’épuise pas son mystère dans la préparation de la …crèche ! L’Avent, c’est aussi l’attente de l’avènement définitif du Christ. De même que le peuple hébreu attendait le Messie, et que nous veillons mille ans plus tard dans l’espérance que le Christ naisse dans les âmes à l’occasion de la fête de l’Incarnation (Noël), de même les croyants sont appelés à tenir leurs lampes allumées s’ils ne veulent pas être surpris par l’arrivée impromptue, telle celle d’un voleur (c’est le Christ qui opère cette comparaison audacieuse), du Fils de l’Homme à la fin des temps.

La Parousie ne sera pas un one man show

Il est donc légitime de parler de la Parousie durant ce temps de l’Avent. Mais ce que je voulais surtout souligner dans cette courte méditation, c’est que lors de cet avènement, le Christ n’apparaîtra pas tel une superstar, de façon à nous en mettre plein la vue ! « Je vous l’avais bien dit que j’étais le Fils unique, partageant la gloire de mon Père ! » Tel  n’est pas le style du prédicateur galiléen (car le Christ qui viendra à la fin des temps est le même que le prophète itinérant des évangiles, non un mutant de fantasy, de récit fantastique). Non, à la Parousie, il ne sera pas seul sur scène ! Il ne nous sortira pas un numéro de one man show, épatant et sublime !

Certes, il reviendra dans la gloire, escorté de ses anges. Et toutes les langues le confesseront comme le Fils ; tout genoux fléchira en signe d’adoration. Cependant, surprise ! il ne sera pas seul sur scène ! Car le texte nous précise que le Christ ne sera pas seulement glorifié en lui-même, mais « en la personne de ses saints ».

Pareillement, l’admiration qui se portera sur lui rejaillira « en la personne de tous ceux qui auront cru ». Ainsi, le Christ, en ce « jour-là », n’occupera pas toute la scène ! Il la partagera avec ses amis (ce qui ne fera pas de nous pour autant, si nous en sommes, des guest stars d’un show hollywoodien) ! Pouvait-on en attendre moins de Celui qui est l’Amour incarné ?

Le Christ veut vivre en chacun de nous

Ce verset de l’Écriture m’inspire deux réflexions. D’abord, le Christ ne vit pas dans son Eglise, tel le patron d’une multinationale qui possèderait ses bureaux à l’écart de la chaîne de production. Il vit dans chacun de ses membres. Si, à la Parousie, il sera glorifié en la personne de ses saints, c’est bien parce qu’il ne fait qu’un avec eux ! Nous sommes le Corps du Christ. Cette expression est davantage qu’une simple métaphore anatomique.

Ce sera donc le Christ total qui sera révélé à la fin des temps, c’est-à-dire le Christ et tous ceux qui seront à lui. Autrement dit, l’Epoux et l’Epouse scelleront leur union définitive. « M’est avis que c’est tout un » disait Jeanne d’Arc à propos des rapports de Jésus et de l’Eglise. Le livre de Daniel ne dit-il pas que « les doctes resplendiront comme la splendeur du firmament, et ceux qui ont enseigné la justice à un grand nombre comme les étoiles, pour l’éternité. » ?

La révélation du Christ ne s’opèrera pas indépendamment de celle de la sainteté des membres de son Corps, c’est-à-dire l’Eglise. D’ailleurs comment pourrait-il en être autrement ? Car le Christ n’est pas venu à Bethléem pour nous en mettre plein la vue, mais pour nous faire devenir ce qu’il est depuis toute éternité : des fils de Dieu.

Son plus grand titre de gloire, c’est nous !

Jean-Michel Castaing

2 réponses à “Le Christ partagera sa gloire”

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS