Dans le monde sans en être

[Théâtre] La Boutique de l’Orfèvre de Karol Wojtyla, à Paris jusqu’au 19 octobre.

Il y a d’abord le lieu, le 33 rue Saint-Sulpice. C’est-à-dire la Crypte de l’importante église parisienne.

Quelques marches. À droite, la chapelle roumaine d’où s’échappe une odeur d’encens byzantin et une légère polyphonie. À gauche, après un dédale de voûtes de pierres, brutes ou peintes, l’une des plus originales scènes de théâtre parisiennes. La pierraille séculaire est illuminée, un banc est posé là, à droite une toile de coton faisant office de rideau d’ombres derrière lequel se dessinera La Boutique de l’Orfèvre – titre de la pièce de Karol Wojtyla, jouée par Pierre Fesquet et sa troupe dans ce théâtre jusqu’au 19 octobre 2014.

Sur ce banc, devant la vitrine de cette boutique, Thérèse et André, Anna et Stéphane, Monique et Christophe s’aiment, essayent et apprennent à s’aimer. La générosité d’un amour naissant, l’atroce habitude enduisant les meilleurs âmes du pire des vernis, et le vertigineux défi de la vie conjuguée à deux sont représentés dans ce drame.

1896890_713556798696752_186154728_n

Combien est terrible l’angoisse qui a frontière avec l’espoir  ! (Extrait)

Le mystère de Dieu s’est dit au travers d’un mystère d’homme – le Verbe fait chair – et maintenant le mystère de l’homme dit le mystère de Dieu – la chair faite Verbe. Le théâtre se fait théologie divine. Par un jeu subtil, les acteurs vous partagent l’émotion d’un dramaturge hors du commun – Karol Wojtyla, c’est-à-dire Saint Jean-Paul II – et vous prennent en ce point infime de la jonction de l’âme et de la peau. Frisson salvifique et terrible où le drame de l’amour humain est révélé, d’un amour qui ne s’achève pas dans les amants mais pousse, les poussent, vers…  l’Absolu.

Parfois notre existence paraît trop courte pour l’amour. Parfois, au contraire, l’amour humain paraît trop court par rapport à l’existence. (Extrait)

Dans cette pièce – comme dans le biblique Cantique des cantiques d’ailleurs – le nom de Dieu ne pointe qu’une ou deux fois… Et pourtant, et pourtant c’est bien de Lui, l’Époux, dont il est question chaque fois qu’une vie vient en habiter une autre.

Le dramaturge sous-titrait sa pièce “Méditations sur le sacrement du mariage, se transformant de temps à autre en drame”…

10641015_808110572574707_9100993714485069288_n

Amoureux, assoiffés de vérité, fiancés, écorchés, jeunes mariés, vieux couples grincheux ou éperdus, veuves et grands-parents, cette pièce est pour vous !

Benoît.

Infos pratiques :

1795497_10153873283960655_924501003_n1La Boutique de l’Orfèvre,
Une pièce de Karol Wojtyla.

Mise en scène Pierre Fesquet, d’après une idée originale de Marie-Valentine Maistre.

Avec Xavier Bonadonna, Marie Lussignol, Océane Pivoteau, Jean Baptiste Germain, Pierre Fesquet, Lucie Durand, Olivier Guilbert, …

Jusqu’au 19 octobre 2014,
les Jeudis et vendredis à 20h30,
samedis à 11h et 20h30,
dimanches à 16h.

18€/13€

Réservation : BilletReduc
ou 06 50 58 14 07 / laboutiquedelorfevre@gmail.com

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS