Dans le monde sans en être

Résistant, prends ton temps !

130627_TECH_CandyCrush.jpg.CROP.rectangle3-large
Nous vivons dans un monde qui va trop vite. Les Parisiens surtout peuvent en témoigner, tout va trop vite. Chaque minute de notre précieux temps doit être utilisée au maximum, chaque instant resté libre doit absolument être comblé, même par une occupation aussi futile qu’un Candy Crush ou autre 2048. La société dans laquelle nous vivons nous interdit de perdre une seule seconde, notre cerveau déjà en surchauffe doit encore être sollicité par des publicités agressives, des séries et émissions télévisées subies, des jeux niais, quand il n’est pas préoccupé par l’argent, les loyers, les soucis personnels, les décisions politiques hasardeuses, etc. Les soucis se succèdent les uns aux autres, et pour y échapper les occupations qu’on se propose sont toutes plus affligeantes les unes que les autres. Il est aujourd’hui devenu presque impossible d’ouvrir un livre avec l’esprit libéré, de s’offrir une sieste, et surtout de prendre du temps pour réfléchir sur les évènements, pour analyser la tête froide l’actualité, pour prendre du recul. Nous volons de scandale en scandale sans jamais nous arrêter, sans jamais pouvoir en comprendre le fond.

Résultat des courses, nous ne faisons rien entièrement, nous sommes devenus incapables de nous donner à une tâche en particulier sans avoir l’esprit pollué par une autre. En cours, nous travaillons pour l’heure suivante, parce que la veille nous devions organiser un voyage, rencontrer l’électricien, son propriétaire, ou que sais-je. Il y a toujours une bonne excuse. Alors plus tard nous allons devoir rattraper cette heure de cours vécue à moitié, pendant une heure de cours, et ainsi de suite. Nous devenons inefficaces, et c’est triste. C’est triste parce que notre époque réclame du temps, du repos, et surtout elle réclame de pouvoir s’intéresser à des sujets…intéressants (à Dieu, par exemple).

Et si cette situation était délibérée ? Si toutes ces idioties que l’on nous jette à la tête l’étaient consciemment, dans le but précis de nous abrutir ? Je ne suis pas loin de le penser. Il suffit de voir les publicités proposées sur internet impossibles à éviter, sur le temps de chargement des vidéos. Il suffit de voir la multitude des petites émissions télévisées, en attendant l’émission principale. Tant de petites choses qui prennent notre temps malgré nous, que nous subissons tout en regrettant de ne pas mettre ce même temps suffisamment à profit. La vitesse de notre société nous fatigue tant que nous sommes incapables d’avancer un tant soit peu à contre-courant, nous préférons nous laisser porter. Et c’est normal. Tout cela est voulu, mis en place, réfléchi. Evidemment, on ne pourra jamais mettre un nom derrière toutes ces petites décisions qui nous concernent au premier chef et nous atrophient le cerveau, mais il est également évident qu’il faut être capable de s’en défaire, de lutter contre.

Comment ? En prenant notre temps. Pas seulement en flânant, en se reposant, mais d’abord en exerçant un tri dans nos occupations. Il n’est bien sûr pas question de renoncer à tout divertissement, mais il reste qu’un discernement s’impose. Regarder avec mépris et recul la télévision, facebook et ses futilités, twitter et ses scandales continus, ces séries empreintes de niaiserie, et nous voici déjà en grande partie libérés. Plus de besoins créés de toute pièce par internet, qui ne nous traverseraient jamais l’esprit en temps normal, plus besoin d’être à l’affût de la plus infime information, de recevoir des alertes incessantes sur son smartphone quand on a décidé de ne plus subir l’information, mais de la choisir. Le trop-plein d’information nous tue. Nous en venons à recevoir avec le même intérêt mitigé l’annonce d’une entrée en guerre et l’annonce de la maltraitance d’un chaton. N’y a-t-il pas là un léger problème ? Il s’agit en fait, non pas de se couper du monde, mais bien de mettre en place des priorités. Quand on est en cours, on est en cours. Quand on se repose, on se repose. Quand on change une ampoule, on change une ampoule. Hic et nunc, en somme.

Quels seront les bienfaits de ce nouvel état d’esprit ? Déjà, un cerveau libéré, moins sollicité, ou en tout cas pour des sujets plus dignes d’intérêt, parce qu’ils auront été choisis. Et, par ce biais, une joie plus profonde, des relations mieux établies parce que moins marquées par le virtuel, une vie intérieure plus dense. Moins de pollution intellectuelle, plus de simplicité, plus de vérité dans chacun de nos actes, dans chacune de nos paroles. Et ensuite, à terme, un acte de résistance des plus efficaces. Résistance non pas seulement face à un éventuel pouvoir politique, mais face à un système tout entier, à la perte du bon sens, à la médiocrité ambiante, aux raccourcis, aux arguments boiteux, à la morosité.

Alors, comme ultime acte de résistance, de joie, de simplicité, de charité, de vérité, prenons notre temps !

Heront

4 réponses à “Résistant, prends ton temps !”

  1. pepscafe

    Excellent ! Merci.

    Cette simplicité, dans la joie, était d’ailleurs l’état d’esprit des chrétiens du temps de l’Eglise primitive : “Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur”(Actes 2v46)

    Et vive les temps de solitude ou “d’ennui”(1/4 d’heure par jour ?)-de sain et véritable “ennui”, qui nous permet ce prendre ce temps nécessaire réellement libre, de recul, de réflexion, d’écoute…

    En Christ,

    Pep’s

  2. Nils

    “Si toutes ces idioties que l’on nous jette à la tête l’étaient consciemment, dans le but précis de nous abrutir ? Je ne suis pas loin de le penser. Il suffit de voir les publicités proposées sur internet impossibles à éviter, sur le temps de chargement des vidéos. Il suffit de voir la multitude des petites émissions télévisées, en attendant l’émission principale. Tant de petites choses qui prennent notre temps malgré nous, que nous subissons tout en regrettant de ne pas mettre ce même temps suffisamment à profit. La vitesse de notre société nous fatigue tant que nous sommes incapables d’avancer un tant soit peu à contre-courant, nous préférons nous laisser porter. Et c’est normal. Tout cela est voulu, mis en place, réfléchi.”

    Primo, ce qui est voulu et réfléchi, ce n’est pas l’abrutissement du public mais l’influence, éventuellement facilitée par l’abrutissement. Les pubards ne se réunissent pas autour d’une table pour savoir comment abrutir le public : ils ont d’autres préoccupations (convaincre un prospect, justifier le montant d’une prestation, trouver un compromis entre leur vision de la bonne stratégie et celle du client, rentrer dans un budget, etc.).
    Secundo, vous sous-estimez l’écart entre intentions et résultats. Les pubards et communicants adorent se faire passer pour des marionnettistes. C’est flatter leur amour propre que de les conforter dans cette croyance ridicule. Ils sont souvent dépassés (et c’est pas beau à voir un pubard dépassé).
    Tertio, les petites émissions dont vous parlez sont pour les marques ni plus ni moins qu’un moyen d’atteindre leur coeur de cible en lui proposant des contenus susceptibles de l’intéresser. On se moque bien de savoir si lesdits contenus sont intelligents ou tout ce que vous voudrez : ce qui importe c’est de coller le plus possible à la demande afin de rentabiliser au maximum les sommes colossales investies dans la réalisation des spots et l’achat d’espace media.

    Le pubard ne cherche pas plus à abrutir le public que l’intelligence ne cherche à le rendre plus intelligent : pour l’un comme pour l’autre, dans la plupart des cas, il s’agit de trouver son public.

  3. Jean Duma

    Le fond du christianisme est la contemplation.
    Ensuite déclinez comme vous voulez, mais le “prendre son temps” demande surtout ces moments de “rien”, d’oraison ou de “je l’avise / il m’avise”…

  4. un petit mot de Bernanos ...

    ” on ne comprend rien à la civilisation moderne si on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ” Bernanos

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS