Je trouve cet article intéressant et il y a plein de bonnes choses dedans.
En même temps, j’ai quelques difficultés avec certaines parties:
Par exemple, la grande ascèse extérieure n’est pas d’abord un moyen de se donner bonne conscience. Ou en tout cas, elle l’est autant que de se fixer un temps de lecture fixe quotidien. Elle est comme toutes les ascèses un moyen et doit être compris comme tel. Le carré de sucre non mis dans le café peut être un moyen de se donner bonne conscience à petit prix pour certains (pris comme but), alors qu’il sera un acte de volonté orienté vers la sanctification pour d’autres (pris comme moyen)…
Je suis tout à fait pour la lecture fixe pendant le carême. C’est une pratique tout à fait louable, et je suis heureux qu’elle soit proposée, mais les pratiques traditionnelles de se priver de viande (qui reviennent au goût du jour à travers de nombreux parcours de carême) invitent à une réelle pauvreté et un vrai renoncement de choses légitimes, offertes comme autant de sacrifices qui touchent l’ego dans ce qui le concerne au plus près de lui-même: la chair par l’acte de manger, la bouche comme premier lieu du plaisir. Prendre l’homme comme un être incarné.
Je vous propose ce lien http://blog.lanef.net/index.php?post%2FA-chacun-son-Car%C3%AAme qui est et très énergique et fascinant, mêlant la fougue de la jeunesse et la folie en Dieu, tout en promouvant une ascèse profonde et joyeuse dans le but de la conversion du coeur vers Dieu et les autres.
Encore merci pour votre article.