Dans le monde sans en être

Révolutions, racines et monde moderne – Déracinement raciné #2

La révolution comme excavation

Péguy

Charles Péguy

Péguy, ardent militant socialiste, a développé une surprenante doctrine révolutionnaire tenant ensemble la nécessité de la révolution et le refus de rêve moderniste de l’invention d’un monde sans origine. Selon Péguy, si une révolution veut faire naître un monde dépassant la société présente, il faut qu’elle aille puiser plus profond que cette dernière.

“Une humanité ultérieure, vraiment digne de ce nom (…) ne vient au jour après et sur une humanité antérieure que si elle fait un appel de sève plus profond, que si elle fait appel à un ressourcement plus profond, que si elle fait appel à un ressourcement plus profond dans les communes sources de sève de la perpétuellement arborescente humanité” 1Charles Péguy..

 Une révolution n’est ni pure invention (progressisme), ni retour à l’ancien (traditionalisme), c’est un retour à la source vivante 2Notons que cette conception est très proche de la conception de la tradition que développe la constitution Dei Verbum de Vatican II. La fidélité à la tradition consiste en une fidélité à un élan de vie. La tradition est, fidèlement à son étymologie, transmission et non fixation statique dans le passé.. C’est un déracinement raciné.

Le monde moderne, un monde sans racines.

Au moment de l’affaire Dreyfus, Péguy a réellement cru à l’avènement de la « cité harmonieuse » – cité d’où personne ne serait exclu 3Cf. notre article : L’anté-premier devoir.. Il voyait trois mystiques, trois races se rencontrer 4Le terme de race, omniprésent sous la plume de Péguy n’a rien de raciste, ne définit pas une réalité biologique. Là où il écrit race, on peut lire racine. : la mystique juive, la mystique chrétienne et la mystique républicaine. Péguy a cru en l’avènement d’une société renouant à la souche commune de ces grandes traditions. Une société fondée sur l’unité organique de tous les hommes.

Hélas, il dut déchanter très vite et ce fut le drame de sa vie. « Tout commence en mystique, tout finit en politique » 5Charles Péguy. écrit-il dans Notre Jeunesse. L’élan vital, la pensée pensante, le se faisant, la générosité a une morbide tendance à s’enrouler sur soi-même, à s’ankyloser dans le statique, le tout fait, la recherche du profit personnel. L’élan mystique (juif, chrétien ou républicain) se fige en politique. Peu à peu, Péguy voit ses compagnons dreyfusistes profiter de leur victoire pour faire carrière, pour se faire leur place en politique. À la mystique s’était substituée la politique, à la générosité s’était substitué l’égoïsme carriériste.

“Il s’en est fallut de rien mais il s’est trouvé que ce rien fut tout.” (Charles Péguy.)

Péguy réalisa alors qu’en lieu et place de la « cité harmonieuse » dont il avait cru voir les premiers soubresauts avait surgi « le monde moderne ». Au lieu de l’enfantement d’un monde nouveau couronnant les anciens mondes, avait eu lieu son avortement.

“Ils ont avortés tout un monde” (Charles Péguy)

 Et ce monde moderne qui s’est installé est caractérisé par son déracinement absolu. Alors que tous les anciens mondes avaient des racines, le monde moderne, lui, naît de rien, ex-nihilo. Il est une pure invention. Si Péguy avait connu l’agriculture intensive, il aurait surement dit que notre monde est à l’image de nos plantations de tomates : hors-sol. Un monde hors-sol, sans racines, sans histoire. Un monde flottant dans le vide. Un monde de l’invention perpétuelle. Non plus de la révolution continuelle, non plus de l’appel de sève continue, mais de l’invention incessante, un monde autoréférencé.

Dans ce monde, il n’y a plus de peuple, plus de terre, de terroir, de race, de racines… il n’y plus que des bourgeois, des self-made-men. Tout y est original, rien n’y est originaire.

“Il n’y a plus de peuple aujourd’hui, tout le monde est bourgeois.” (Charles Péguy)

Démarrant notre réflexion, nous évoquions la révolution initiale opérée par la philosophie grecque – l’idée européenne –, nous y voyions avec Husserl l’espérance d’un progrès, d’une libération des arbitraires de la tradition, d’une quête infinie de vérité. Mais, est-ce cette tâche de libération qui nous a conduit à rompre tout lien avec le passé ? À être tous des historiens, c’est-à-dire à ne regarder le passé que comme quelque chose d’aboli, de dépassé? Refusant de renoncer à l’exigence libératrice de la quête de la vérité, nous refusons l’hypothèse selon laquelle il aurait mieux valu ne jamais commencer à questionner. Encore une fois, il nous semble vain d’opposer progressisme et traditionalisme. Avec Péguy il nous semble possible de penser un déracinement raciné, un monde nouveau qui surpasse les anciens mondes en les couronnant et non en les abolissant. Mais pour penser ce déracinement raciné, il va nous falloir justifier la racine. À l’heure où notre société est décidée à en finir définitivement avec toutes les traditions, tous les symboles, tous les stéréotypes pour leur substituer la libre et incessante invention de soi, il nous faut penser la valeur de la racine. N’est-elle pas toujours une entrave ? N’est-elle pas toujours ce qui nous fixe en un lieu et nous interdit le libre mouvement ? Ne faut-il pas, avec la modernité, quitter notre terre et planter nos racines en nous-même ? Être autonome, auto-référencé… être sa propre terre, son propre sol, son propre monde. Au risque d’être seul, au risque de laisser l’autre seul.

Benoît.

Notes :   [ + ]

1, 5. Charles Péguy.
2. Notons que cette conception est très proche de la conception de la tradition que développe la constitution Dei Verbum de Vatican II. La fidélité à la tradition consiste en une fidélité à un élan de vie. La tradition est, fidèlement à son étymologie, transmission et non fixation statique dans le passé.
3. Cf. notre article : L’anté-premier devoir.
4. Le terme de race, omniprésent sous la plume de Péguy n’a rien de raciste, ne définit pas une réalité biologique. Là où il écrit race, on peut lire racine.

4 réponses à “Révolutions, racines et monde moderne – Déracinement raciné #2”

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS