Dans le monde sans en être

Lectio du 1er dimanche de l’Avent

Dimanche 1er décembre 2013

Messe en forme extraordinaire

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 21,25-33

En ce temps là, Jésus dit à ses disciples : « Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les astres, et, sur la terre, une angoisse des nations inquiètes du fracas de la mer et de son agitation, les hommes expirant de frayeur et d’anxiété pour ce qui doit arriver à l’univers, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venant dans une nuée avec grande puissance et grande gloire. Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance approche ». Et il leur dit une parabole : « Voyez le figuier et tous les arbres : quand déjà ils bourgeonnent, à cette vue vous savez de vous-mêmes que déjà l’été est proche. Ainsi, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche. Je vous le dis, en vérité, cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient arrivées. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. »

 media-366201-2

Nous entrons aujourd’hui dans le cycle de l’Avent et dans une nouvelle année liturgique (en réalité, nous y sommes depuis les vêpres d’hier soir 1Bonne année ! ). L’Evangile de ce dimanche nous aide à entrer dans ce temps de préparation de la venue du Sauveur.

Le Christ nous parle ici de sa venue lors du jugement dernier, au moment où la fin de ce monde aura lieu et que l’humanité entrera dans l’éternité de Dieu.

Ce passage au style apocalyptique explique que la venue du Christ sur la terre sera précédée de signes. Un monde nouveau viendra remplacer ce monde terrestre qui porte la trace du péché (Ap 21, 1-2). Les astres ne seront plus visibles, la lumière du soleil et de la lune sera éclipsée par l’éclat de la gloire du Divin Sauveur.

Le tumulte sur la terre et dans les mers, le fracas du ciel qui se fend, la disparition du monde plongeront dans l’angoisse et la frayeur toute l’humanité. Ce spectacle dépasse de loin ce que nous pourrions imaginer. Il suffit de relire les 22 chapitres de l’Apocalypse de Saint Jean pour se rendre compte que le jour du Jugement dernier sera plein des prodiges de la toute-puissance de Dieu.  Il y aura une détresse universelle, de toute la nature, de tous les êtres, de toute la création de Dieu.

« Mais, direz-vous, nos calamités nous forcent de reconnaître que la fin des temps est venue, puisque les prédictions du Sauveur ont reçu leur accomplissement, car n’est-il pas certain qu’il n’y a aucun peuple, aucune contrée qui ne soit actuellement dans l’angoisse et la tribulation? Or, si ces calamités qui pèsent en ce moment sur le genre humain, sont des signes certains de la venue prochaine du Seigneur, pourquoi l’Apôtre nous dit-il au contraire: «Lorsque les hommes diront: Nous sommes dans la paix et la sécurité ?» (1Th 5,3). Avec un examen plus sérieux des prédictions du Sauveur, nous découvrirons qu’elles n’ont point encore reçu leur accomplissement; mais qu’il faut le différer jusqu’au temps où la tribulation s’étendra à tout l’univers, c’est-à-dire à l’Église qui sera persécutée dans le monde entier, et non à ses persécuteurs qui diront: «Nous sommes dans la paix et la sécurité». Or, nous voyons au contraire que les malheurs de notre temps, que nous regardons comme les grandes calamités qui doivent précéder la fin du monde, sont communs aux deux royaumes de Jésus-Christ et du démon. Les bons et les méchants en sont également victimes, et au milieu de ces épreuves déchirantes, les hommes continuent à se plonger partout dans les excès de la table et de la débauche. Est-ce là sécher de frayeur? N’est-ce pas plutôt brûler des ardeurs de la volupté ? » 2Saint Augustin, Lettre 80 à Hésych

Car les Puissances des cieux seront ébranlées.

Même les Anges seront dans l’étonnement de ces prodiges, à la vue des bouleversements de l’univers.  En effet, les Puissances sont des anges de la hiérarchie céleste de second degré 3Les neufs chœurs des anges sont répartis en trois hiérarchies : Séraphins, Chérubins, Trône ; Puissances, Vertus, Dominations ; Principautés, Archanges, Anges.. Comme si les anges qui gouvernent le monde visible étaient déchargés de leur ministère qu’ils remplissent par ordre de Dieu auprès de ses créatures.
C’est ce qui est écrit dans le livre de Job: «Les colonnes du ciel tremblent, et sont saisies d’effroi devant un seul signe de sa volonté» (Jb 26,11). Or, si les colonnes tremblent, nous, pauvres planches légères, que ferons nous ?

 Alors on verra le Fils de l’homme venant dans une nuée avec grande puissance et grande gloire. Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance approche.

Fidèles et infidèles, justes et méchants, tous le reconnaîtront. Jésus reviendra sur une nuée semblable à celle qui l’a emporté aux Cieux le jour de l’Ascension. Nous voyons dans l’Écriture que Dieu apparaît toujours au milieu d’une nuée: «Les nuées sont autour de lui, et l’obscurité l’environne» (Ps 17 ; Ps 96,2). Le Fils de l’homme aussi viendra sur les nuées comme Dieu et Seigneur, non plus en cachant sa divinité, mais au milieu d’une gloire digne de Dieu. Dans son premier avènement, il a voulu paraître revêtu de notre infirmité et de notre bassesse, mais lorsqu’il reviendra pour la seconde fois, ce sera avec la puissance qui lui est propre. Et ceux qui ne l’avaient pas reconnu lorsqu’il s’était fait humble enfant d’homme le verront dans sa puissance et sa gloire.

Mais ceux qui auront gardé la foi, les membres de son Église, eux relèveront la tête. Car c’est bien là tout le but de notre Espérance : attendre le retour du Christ et la vie du monde à venir. Au milieu de la tourmente, ceux qui auront accepté l’amour de Dieu auront leurs cœurs solides dans la paix, attendant de pouvoir voir à jamais leur Seigneur. « En effet, en voyant l’effet des promesses qui faisaient l’objet de nos espérances, nous nous relèverons, nous qui étions auparavant dans l’abaissement, et nous lèverons la tête, nous qui étions humiliés, parce que la rédemption que nous espérions et que toutes les créatures attendaient, est arrivée. » 4Saint Thomas d’Aquin, Aurea Catena, 1128 Lc 21, 28-33

Le Seigneur parle ainsi à ses disciples, car bien que leurs vies ne se prolongera pas jusqu’à la fin des temps, ils vivront avec nous et avec tous ceux qui croient en Jésus-Christ dans le corps de l’Église que nous formons. Il leur donne également le courage d’affronter les persécutions qu’auront à souffrir tous ceux qui témoignent du Christ.

Voyez le figuier et tous les arbres…

De même que les fruits des arbres nous font juger de la proximité de l’été, ainsi la destruction du monde vous fera connaître que le royaume de Dieu approche. L’été est proche, donc la moisson est proche, et l’image de la moisson est reprise dans l’Apocalypse (Ap 14). Quand le monde aura porté tous ses fruits, alors Dieu viendra pour la récolte, séparant les fruits bons des fruits pourris.
Nombreux sont déjà les signes que le monde porte nous indiquant qu’il nous faut se préparer à l’avènement de Jésus.

« Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’ arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’ assied pas en compagnie des moqueurs, Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, Et qui la médite jour et nuit!  Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point: Tout ce qu’il fait lui réussit » (Ps 1,1-3).

Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point

Ce ciel qui doit passer, n’est ni le firmament, ni le ciel parsemé d’étoiles, mais l’atmosphère céleste, d’où les oiseaux prennent le nom d’oiseaux du ciel; mais si la terre doit aussi passer, pourquoi est-il dit dans l’Ecclésiaste: «La terre demeure éternellement» (Qo 1,4)? C’est-à-dire, que le ciel et la terre passeront quant à leur forme présente et leurs propriétés actuelles, mais ils existeront toujours dans leur essence. De même que notre corps nous est donné pour l’éternité (même si nos corps glorieux transcenderont nos corps terrestres), la Vie donnée par Dieu dans l’être et la matière reste vivante en Dieu.

La Parole de Dieu est Vie, Jésus est le Verbe de Dieu, Il est Sa Parole de toute éternité. Ainsi, la Parole ne peut être anéantie. Tout comme la Charité ne passera pas (1Co 13,8)  car l’Amour parfait vient de Dieu et Dieu en est l’objet, la Charité est le lien entre Dieu et les hommes. Ceux qui auront gardé la Parole de Dieu en eux et qui auront exercé la charité vivront éternellement dans l’Amour et le Verbe de Dieu.

 fotolia_207851220bible20et20bougies20cpr

Que ce temps de l’Avent nous aide à nous préparer à la venue du Christ. Le Christ est venu sur terre lors de la Nativité, il reviendra au jour du jugement dernier et Il vient quotidiennement en nos âmes ainsi que sur nos autels lors du Saint Sacrifice de la messe.  Même si notre monde est en souffrance, même si les hommes ont perdu la foi, même si nous sommes dans l’angoisse, gardons l’Espérance et relevons la tête. Le Christ est avec nous pour l’éternité et Son Esprit Saint vit en nous:

« Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous :  c’est l’Esprit de vérité. Le monde est incapable de le recevoir, parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas; mais vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous, et qu’il est en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.  D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. »(Jn 14, 16-20)

Ayssalène

Aller plus loin avec Saint Bernard :

 Les deux avènements du Seigneur – Sermons sur l’Avent du Seigneur, 4, 1, 3-4,

Il va de soi, mes frères, que vous devez célébrer de toute votre dévotion l’avènement du Seigneur, étant charmés par une telle consolation, stupéfaits par une telle commisération, enflammés par une telle dilection! Mais ne pensez pas seulement à l’avènement où le Seigneur est venu chercher et sauver ce qui était perdu (Lc 19,10); pensez à celui où il viendra pour nous prendre avec lui. Puissiez-vous consacrer à ces deux avènements une méditation prolongée, en ruminant dans vos cœurs ce qu’il a donné dans le premier, ce qu’il a promis dans le second! <>

Car voici le temps du jugement: il va commencer par la famille de Dieu. Mais comment finiront-ils, ceux qui refusent d’obéir à l’Évangile de Dieu (1P 4,17)? Que sera le jugement final pour ceux qui ne se relèvent pas de ce jugement-ci? Tous ceux qui se dérobent au jugement qui a lieu maintenant, où le prince de ce monde est jeté dehors, qu’ils attendent, ou plutôt qu’ils redoutent ce juge par lequel eux-mêmes seront jetés dehors avec leur prince. Mais nous, si nous sommes pleinement jugés maintenant, attendons en sécurité comme Sauveur le Seigneur Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux (Ph 3,20-21). Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père (Mt 13,43).

Lorsque le Seigneur reviendra, il transfigurera notre corps de misère à la ressemblance de son corps de gloire, mais seulement si notre cœur a été auparavant transfiguré en devenant conforme à l’humilité de son cœur. C’est pourquoi il disait: Devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur (Mt 11,29).

Découvrez dans ce texte qu’il y a deux sortes d’humilité: l’une de connaissance, l’autre d’amour, appelée ici l’humilité du cœur. La première nous enseigne que nous ne sommes rien, et nous en sommes instruits par nous-mêmes, par notre propre faiblesse. Avec la seconde, nous piétinons la gloire du monde, et nous en sommes instruits par celui qui s’est anéanti, en prenant la condition de serviteur; appelé au trône, il s’est enfui; mais appelé à tous les outrages et à l’ignominieux supplice de la croix, il s’y est offert lui-même de son plein gré.

Notes :   [ + ]

1. Bonne année !
2. Saint Augustin, Lettre 80 à Hésych
3. Les neufs chœurs des anges sont répartis en trois hiérarchies : Séraphins, Chérubins, Trône ; Puissances, Vertus, Dominations ; Principautés, Archanges, Anges.
4. Saint Thomas d’Aquin, Aurea Catena, 1128 Lc 21, 28-33

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS