Dans le monde sans en être

14 -18 : fusillés pour une guerre totale

Exécution vue par Stanley Kubrick pour " Les Sentiers de la gloire"C’est parti. Le 7 novembre dernier, François Hollande a ouvert officiellement l’année du centenaire de la Grande Guerre.

Nous nous préparons donc à cet anniversaire, voulu par le président comme un évènement marquant de son quinquennat. Nous pouvons aisément comprendre ce choix car la guerre de 14-18 a concerné la totalité du pays. Toutes les familles ont un ancêtre “Poilu” et beaucoup ont des membres de leur famille qui sont morts sur le champs d’honneur.

Mais un sujet polémique a rejailli : la réhabilitation des fusillés pour l’exemple.

Qui sont-ils ? Des soldats qui ont été exécutés suite à un acte de désobéissance, même mineur, afin de créer un exemple pour inciter les troupes à la discipline. La plus célèbre est celle de Lucien Bersot, fusillé pour avoir refusé de porter un pantalon, souillé de sang et d’excréments, récupéré sur un mort… L’exécution de ce père de famille a été relatée dans le film d’Yves Boisset “Le Pantalon”. Un autre film, plus fameux, sur les fusillés est le chef d’oeuvre de Stanley Kubrick “Les Sentiers de la gloire”.

Faut-il les réhabiliter ? Replaçons ces exécutions dans le contexte de la guerre de 1914-1918.

La “Grande Guerre” est la première guerre industrielle, mondiale et totale. Elle a concerné le monde entier mais aussi les sociétés toutes entières. La guerre était totale car pendant quatre ans, tout devait contribuer à la guerre : de la première ligne jusqu’aux usines, aux ateliers, aux exploitations agricoles du pays.

Pour gérer cette machine de guerre, l’Etat avait donné au conflit une organisation industrielle où les personnes n’étaient plus que les rouages d’une gigantesque mécanique. C’est la première guerre totale, la première guerre moderne.

Cette guerre fut un carnage : elle a fait des millions de morts, de blessés dans des combats sans fin. Mais cette guerre est d’autant plus terrifiante qu’elle était de bout en bout absurde. Quelles en sont les causes ? De vieilles haines, des nationalismes, des intérêts politiques… Rien qui ne vaille autant de vies sacrifiées. Mais surtout des ordres d’officiers généraux ont été purement délirants. Par exemple dans le cas de la bataille du Chemin des Dames : le général Nivelle, a voulu lancer une grande offensive qui, selon lui, aurait pu accélérer la fin de la guerre… Stratégie absurde : cette attaque a envoyé les soldats au massacre. La bataille du Chemin des Dames a causé la mort de près de 200 000 soldats.

Devant des ordres aussi fout, des assauts suicidaires, devant les conditions de vie horribles dans les tranchées, devant une guerre aussi longue et désespérante, des soldats ont refusé d’obéir. La plupart de ces “mutins” n’ont pas déserté. Ils ont seulement refusé l’offensive. Ainsi, ils disaient qu’en cas d’attaque allemande ils défendraient la position. Les sanctions ont été terribles : bon nombre d’entre eux ont été exécuté.

Le drame des fusillés pour l’exemple et des mutins nous ramène à cette guerre terrifiante où l’homme n’est qu’un outil au service d’un système. Sinistre exemple d’exploitation de l’homme par l’homme, la Grande Guerre a été une guerre totalitaire où toute la société a été utilisée. Les hommes jeunes étaient au front, les femmes dans les arsenaux, toute l’économie soutenait l’effort de guerre. La guerre fonctionnait sur un modèle industriel : froide, rationnelle, exploitant minutieusement les hommes pour parvenir à son but… Mais quel but ? Ecraser l’ennemi… Mais pourquoi ? Ce carnage semble absurde.

Il est donc légitime de vouloir réhabiliter ces soldats fusillés, même si juridiquement cela semble complexe… La meilleure des réhabilitation n’est elle pas d’en parler et de comprendre ce qui s’est passé pendant cette guerre ? Comprendre 14-18, c’est tout l’enjeu des commémorations qui s’annoncent.

9 réponses à “14 -18 : fusillés pour une guerre totale”

  1. Hervé

    “Mais cette guerre est d’autant plus terrifiante qu’elle était de bout en bout absurde. Quelles en sont les causes ? De vieilles haines, des nationalismes, des intérêts politiques…”

    Vous faites de ces morts des victimes au lieu d’en faire des héros. Vous nous pastichez le vieux discours victimaire de la gauche pacifiste depuis la fin de la Grande Guerre. Ces français ne se battaient pas pour rien, ils défendaient leur pays et ils en étaient fiers, qui dans les tranchées, qui dans les usines.
    Le chemin des dames est un détail de la guerre, Nivelle a d’ailleurs été limogé par Foch, et je trouve votre vision du sort réservé aux “mutins” un petit peu anachroniques, vision qui sert votre discours…

  2. Amblonyx Cinereus

    Je ne pense pas que @charles critique l’héroïcité des morts mais plutôt l’intelligence des causes de cette guerre (et pas seulement du coté Français d’ailleurs).
    Il ne s’agit pas tant de parler des hommes qui se sont battu (en héros !) mais des raisons qu’ils avaient de se battre.

    Un certain nombre de famille sont encore traumatisées par le sort réservé à ces “mutins” alors que pour certain la seule raison n’a jamais été que cet “exemple”.
    Nous sommes aujourd’hui dans une Europe en paix, savoir dire aujourd’hui que les causes de cette guerre n’était que querelle d’ego nous aidera (j’espère) à ne pas faire les mêmes erreurs.

  3. Benoit

    C’est l’État qui a condamné, on peut donc penser que c’est l’État qui doit réhabiliter.

    une question cependant demeure :
    Est-ce le rôle de l’État de refaire l’histoire (cad de poser un jugement sur le passé) ?

    je n’ai pas de réponse.

  4. duke2659

    “Les sanctions ont été terribles : bon nombre d’entre eux ont été exécuté.”

    Avez-vous des chiffres pour étayer cela?
    Quand un sujet est polémique, il me semble important d’être rigoureux et d’avoir d’autres références que des films (d’autant plus quand l’un des deux est aussi caricatural et orienté que celui de Kubrick).

    Par ailleurs, il me semble que pour pouvoir réhabiliter, il faudrait d’abord être capable de faire un travail de distinction entre les condamnations légitimes et les autres et je doute que notre époque se prête à l’objectivité suffisante.

  5. Charles Vaugirard

    @Hervé : Amblonyx a tout dit, je ne mets nullement en cause les Poilus. Ils ont été courageux et ils sont un modèle pour nous tous.
    Mais on est en doit de constater que cette guerre a été un massacre, qu’elle a été une mécanique effroyable qui a broyé les individus entre autre par le biais des “exécutions pour l’exemple”. Déja pendant cette guerre, le pape Benoît XV l’a qualifié de “honte pour l’Europe”, ce qui lui a valu de se faire traiter de “pape boche” par Clémenceau.
    Mais surtout, il est normal de s’interroger sur les causes de cette guerre afin de ne pas reproduire une telle horreur. Or que voyons nous ? Des haines entre les Etats, des revanches vis à vis de la guerre de 70 (guerre elle aussi aux motifs discutables)… Dommage que nos poilus ait été sacrifiés pour ça.

    @Benoit : tu poses une grande question qui vaudrait un beau débat sur nos Cahiers. Il est certain que quand l’Etat est responsable d’un acte (une condamnation pénale) il est normal qu’il intervienne pour une réhabilitation. Mais pour le reste ? Difficile de répondre car un loi mémorielle peut se justifier afin d’éviter certains problèmes comme par exemple des enseignements négationnistes dans les Universités. En revanche, des lois mémorielles peuvent avoir des effets pervers et se muer en propagande. Les régimes totalitaires ont maintes fois utilisés d’histoire.
    C’est complexe car il faut tout à la fois éviter une instrumentalisation étatique de l’histoire et aussi barrer la route au organisations réécrivant ‘histoire.

  6. duke2659

    @Charles Vaugirard
    Merci pour votre réponse, et pour le lien.
    Loin de moi l’idée de contester le fait.
    Je trouve simplement dommage, pour un sujet si “sensible” que vous ne donniez pas de chiffres (600 “pour l’exemple” dans votre article et dans l’étude du général André Bach – 49 exécutions sur 550 condamnations pour “mutinerie”).
    Si la sanction est effectivement terrible, elle touche un faible nombre de soldats, et votre “bon nombre” me semble injustifié.

  7. Charles Vaugirard

    @Duke

    Nous ne sommes pas d’accord sur les chiffres ni sur les propos d’André Bach qui est justement la source des chiffres avancés par les historiens actuels… en effet le chiffre de 600 concerne les exécutions pour l’exemple (sur 2400 condamnation, le reste étant envoyé aux travaux forcés ce qui est également très sévère).

    D’autre part, le lire “fusillés pour l’exemple” du général Bach concerne les années 1914 et 1915…

    Donc oui, je maintiens mon propos sur cette triste page d’histoire.

    Enfin, mon article aborde aussi le caractère “total” de cette guerre. Machine colossale à broyer l’être humain, elle est l’un des premiers totalitarismes du XXeme siècle. Ces fusillades en sont un des éléments, mais hélas loin d’être le seul.

  8. Chamborant

    Cet article pêche entre autres par ses approximations. Par exemple, l’affaire du pantalon rouge est une exception, un abus de pouvoir exceptionnel et criminel d’un officier qui a détourné le règlement militaire. Sa carrière à d’ailleurs été stoppée après une polémique en 1924.
    Les 300 fusillés de 19 17 l’ont été uniquement pour voie de fait contre leurs officiers. Il y avait eu dix fois plus de condamnations mais le commandement à réduit le s exécutions au strict minimum. C’est maintenant connu, tout est vérifiable dans les archives du SHD à Vincennes.
    Attention aux clichés, sans parler du film Les sentiers de la gloire qui a pris beaucoup de libertés avec l’Histoire.

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS