Dans le monde sans en être

« Engagez-vous qu’ils disaient, rengagez-vous »

engagez vousS’engager ?

Une question que beaucoup de jeunes se posent aujourd’hui.

Une envie d’agir.

Une volonté de poser des actes concrets, pour changer le monde.

Partout où nous sommes, être présents, pour laisser une trace. En politique, dans le monde associatif, partout…

S’engager ?

Un mot qui fait peur.

Un mot qui pour beaucoup signifie la perte de la liberté.

Un mot que beaucoup éludent au nom de cette même liberté.

Et pourtant. Pourtant, l’engagement est une démarche nécessaire à l’exercice d’une vraie liberté.

Parce que vivre est une suite d’engagements.

Amitiés, relations familiales ou professionnelles… L’existence même de la société nécessite l’engagement.

Engagement à être présent, à réaliser telle ou telle chose… La vie en société implique l’échange et la confiance qui sont déjà démarches d’engagement.

Dès notre plus jeune âge, nous apprenons à respecter des engagements, à intégrer ces démarches.

Parce que la vie est une quête de liberté.

La liberté ne peut être la possibilité de tout faire, nos capacités humaines nous rendant alors esclaves de nos corps et de nos pulsions.

La liberté ne peut non plus « s’arrêter là où commence celle de l’autre », l’autre devenant alors notre pire ennemi, la limite à notre volonté et à notre action.

La liberté ne peut être qu’acceptation.

Acceptation de nous-même, de nos limites, des normes de vie en société.

Et cette acceptation doit être un jeu. Jeu avec les règles, jeux des règles, jeux de soi-même.

La liberté c’est le choix de ses préceptes. Le choix de jouer sciemment et officiellement au théâtre de la vie, en société. Car c’est en acceptant cette théâtralisation que nous pouvons, comme tout auteur, nous écarter de certaines lignes pour mieux les faire ressortir.

Parce que s’engager c’est être libre.

Prendre le choix d’un engagement, intégrer une dynamique c’est se choisir une règle, s’imposer une discipline.

C’est se mettre au service, se rendre disponible.

Et quel acte est plus libre que l’offrande de soi sans retour ? De son temps, de ses moyens, de sa réflexion ?

Entrer dans une démarche d’engagement auprès des autres c’est créer et ouvrir une infinité de nouvelles portes.

Entrer dans une démarche d’engagement c’est sortir de soi et de son enfermement.

S’ouvrir, se déployer n’est-ce pas la plus grande liberté qui nous est offerte ?

article originellement rédigé pour carnet2route.eu

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS