Dans le monde sans en être

Edito : Une conscience esclave de l’opinion

png;base6413418323dafe58a4

L’expulsion d’une jeune fille arrêtée pendant une sortie scolaire provoque l’émotion. Et l’affaire Leonarda, de jour en jour plus complexe, devient scandale national. L’opinion prend en otage une jeune fille. Elle est mineure. Pendant ce temps, des élèves descendent dans la rue juste assez longtemps pour tenir jusqu’aux vacances. Leur sincérité est peut-être réelle, mais l’auraient-ils fait si Leonarda ne faisait pas la une des journaux ? Leonarda n’est pas la seule. Et notre président, dans sa volonté de plaire à l’opinion, ne fait que manifester son inaptitude. Notre conscience est-elle guidée par l’opinion ?

Le conseil constitutionnel rend sa décision sur la liberté de conscience des maires. Il se contente d’affirmer que les dispositions attaquées ne sont pas contraire à cette dernière, de façon bien trop sommaire. Les maires ont une conscience, et elle ne semble pas se satisfaire des évolutions récentes. Mais la neutralité du service public prime sur elle. Ce serait la loi qui fixerait ses limites. Mais cette loi est depuis longtemps façonnée par l’opinion. Notre conscience est-elle limitée par l’opinion ?

Le 20 octobre, Civitas a manifesté contre l’alliance de « socialo-communistes révolutionnaires, libéraux libertaires, financiers apatrides, mondialistes cosmopolites, loges maçonniques, fondamentalistes laïques, gourous du New Age, mouvements féministes, organisations LGBT, pornocrates et pervers polymorphes,… » Vaste programme. Une bataille idéologique. Mais la foi ne se résume pas à une idéologie. « Amen, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » Notre conscience n’est-elle qu’une opinion ?

Une vidéo d’un humoriste en mal de notoriété est vue plusieurs millions de fois. « Comment chopper une fille en 3 questions » ? Sous prétexte de divertissement, il met des jeunes femmes dans des situations aux frontières du harcèlement sexuel. Dénoncer la réification de la femme, ce n’est pas seulement protester contre GPA. Notre conscience peut elle se laisser distraire ?

Jean-François Copé fait volte face sur le mariage pour tous, et clame que ses convictions ont toujours été intactes. Il est pourtant tellement simple d’y voir plus clair. Notre conscience est elle là pour plaire ?

Miss monde a manifesté publiquement son opposition à l’avortement. Même les mannequins ont une conscience. Et nous, que faisons nous de la notre ?

Fol Bavard / @FolBavard / Blog

Laisser un commentaire

Les balises HTML usuelles sont autorisées. Votre email ne sera pas publié.

Abonnez vous aux fil des commentaires RSS